R.P. Sylvester Berry : La Signification du Nombre de la Bête

Ceci est un extrait du remarquable commentaire du R.P. Sylvester Berry sur le Livre de l’Apocalypse, publié en 1921 avec imprimatur, et traduit et édité pour la première fois en langue française chez X+B ÉditeurDans l’extrait suivant, le R.P. Berry commente le 13e chapitre du livre de l’Apocalypse. Nous conseillons donc au lecteur de lire cet extrait tout en se rapportant au chapitre correspondant.


VERSET 1 : La bête de la mer est l’antéchrist prophétisé par Daniel dans une vision très similaire à celle de Saint Jean.1 Notre étude de l’Apocalypse démontre jusqu’ici avec certitude que la bête ne peut pas être identifiée comme étant l’empire romain, comme le firent beaucoup d’exégètes. D’autres, suivant l’opinion de Saint Augustin2, voient la bête comme un symbole de tous les impies et les infidèles. Cette interprétation est correcte dans une certaine mesure, puisque l’antéchrist ne pourrait accomplir ses plans diaboliques sans l’aide de ses disciples et de ses fidèles. C’est pourquoi la bête représente l’empire de l’antéchrist dans son ensemble. Cependant, il est également certain que l’antéchrist sera un individu. Suarez tient cette opinion pour un article de foi. Les paroles de Saint Paul aux Thessaloniciens ne laissent aucun doute sur la question.3

Selon l’opinion la plus communément admise, l’antéchrist prétendra être le messie. Cette opinion semble confirmée par les paroles de notre Sauveur : « Je suis venu au Nom de Mon Père, et vous ne Me recevez pas ; qu’un autre vienne en son propre nom, et vous le recevrez ».4 Cette prétention à la messianité fait que l’antéchrist sera nécessairement issu de la race juive.

L’avènement de l’antéchrist inaugure le conflit décisif entre l’Église et les forces de l’enfer. Ce sera là la réalisation de la prophétie de la Genèse : « Et Je mettrai une inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité ».5 La postérité du serpent est l’antéchrist et ses partisans. La postérité de Marie, la femme, est Jésus-Christ et Ses fidèles disciples.

La bête possède sept têtes et dix cornes, comme celles du dragon. En tant que représentant du diable, l’antéchrist sera aidé et soutenu par les mêmes pouvoirs temporels symbolisés par les cornes et les diadèmes que l’on trouve dans la vision du dragon. L’antéchrist marchera dans les pas de son maitre en usant de toutes sortes de péchés et d’erreurs afin de séduire les fidèles. C’est pourquoi chaque tête est nommée d’après le péché ou l’erreur qu’elle représente. Toutes les hérésies blasphèment en niant l’un ou l’autre dogme de foi. Ainsi de l’athéisme, qui nie l’existence de Dieu. Ainsi de l’arianisme qui rejette la divinité du Christ. Ainsi de l’islam, qui rejette à la fois la divinité du Christ et la Sainte Trinité. Ainsi du judaïsme talmudique, qui refuse de reconnaitre notre Seigneur comme le Messie.

VERSET 2 : La bête est semblable à un léopard cruel. Les pattes d’ours sont un symbole de furtivité, tandis que la gueule de lion est un symbole de la force et du pouvoir que Satan confère à son représentant. Par le pouvoir de Satan, l’antéchrist accomplira de grands prodiges pour tromper les gens et les pousser à l’accepter comme le vrai messie. Saint Paul enseigne que l’avènement de l’antéchrist sera « accompagné de toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges menteurs ».6 Notre Seigneur Lui aussi, nous a prévenus des faux miracles qui se produiront en ces temps-là : « Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes, et ils feront de grands miracles et des prodiges jusqu’à induire en erreur, s’il se pouvait, les élus eux-mêmes. Voilà que Je vous l’ai prédit ».7

VERSETS 3 ET 4 : La tête blessée à mort, mais guérie d’une façon prodigieuse, signifie que l’un des pouvoirs politiques alliés à l’antéchrist sera vaincu par l’épée au cours de son conflit contre l’Église. Mais à la surprise de tous, ce pouvoir politique se relèvera rapidement de sa défaite et conduira ainsi beaucoup de personnes à croire en l’antéchrist.8 Comme nous l’avons noté plus haut, les têtes représentent des pouvoirs spirituels, plutôt que temporels. En effet, parce que les têtes du dragon portent le diadème de la royauté, ils peuvent symboliser des forces combinant à la fois une dimension spirituelle et une dimension temporelle.

Ceux qui adorent l’antéchrist à cause de ses « prodiges menteurs » adorent en réalité Satan, qui en est l’auteur véritable. Le pouvoir et les richesses matérielles sont les récompenses de ceux qui le servent, ainsi que le diable dit au Christ sur la montagne : « Je Vous donnerai tout cela, si, tombant à mes pieds, Vous Vous prosternez devant moi ».9 L’antéchrist acceptera ce pacte et recevra un empire sur le monde. D’où : « Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle ? ».

VERSETS 5 À 8 : Le pouvoir de l’antéchrist sera de courte durée (trois ans et demi), mais durant cette période, il déversera des blasphèmes contre Dieu et contre le Très Saint Sacrement (le Tabernacle de Dieu). Il calomniera et vilipendera aussi tous ceux qui demeurent fidèles à Dieu et à Son Église. Il lui sera donné le pouvoir de livrer la guerre contre l’Église et de remporter une courte bataille. Il règnera sur de nombreuses nations et beaucoup de peuples l’adoreront : son empire aura la ressemblance de la catholicité ou de l’universalité. Il s’agit ici de la grande révolte des nations prédite par Saint Paul.10 Cependant, cette révolte ne sera pas totalement universelle. Au moins une nation restera fidèle à l’Église en ces temps-là, et les élus dont les noms ont été écrits dans le livre de la vie, n’adoreront pas l’antéchrist.

VERSETS 9 ET 10 : Ces deux versets contiennent des promesses consolantes pour les fidèles et de sévères avertissements pour les impies. D’où, cette grave admonition : « Que celui qui a des oreilles entende ! ». L’antéchrist et ses partisans, d’abord victorieux, seront promptement vaincus et détruits. De la façon dont ils ont jugé les autres, ils seront jugés de la même manière.11 Ceux qui auront conduit les fidèles en captivité et les auront mis à mort, seront eux-mêmes faits prisonniers et exécutés par l’épée. C’est pourquoi les fidèles devront souffrir avec patience et avec une confiance inébranlable dans la victoire.

VERSET 11 : La bête s’élevant de la terre est le faux prophète, c’est-à-dire le prophète de l’antéchrist.12 Notre divin sauveur a un représentant sur terre en la personne du Pape, à qui Il a conféré les pleins pouvoirs pour enseigner et gouverner. De la même façon, l’antéchrist aura son représentant en la personne du faux prophète qui recevra la plénitude des pouvoirs sataniques afin de tromper les nations.

Si l’antéchrist doit être d’origine juive, comme ce sera sans doute le cas, la mer de laquelle il émerge symbolise le judaïsme talmudique, et la terre d’où s’élève la seconde bête symbolise les nations païennes en révolte contre l’Église. Les deux cornes indiquent une autorité à la nature double : à la fois spirituelle et temporelle. Comme l’indique son apparence d’agneau, le faux prophète se tiendra sans doute à Rome et sera une sorte d’antipape durant la vacance du trône papal, précédemment mentionnée. Mais les élus ne se laisseront pas tromper. Ils se souviendront des paroles de notre Seigneur : « Alors, si quelqu’un vous dit : « Voici le Christ ici ! Ou là ! », ne le croyez point ».13*

VERSET 12 : L’antéchrist, quant à lui, s’établira à Jérusalem14 où un grand nombre de Juifs se seront d’ici là regroupés sous l’égide d’un mouvement tel que le sionisme. La vaste majorité des Juifs ont toujours cru dans l’idée que Dieu restaurerait un jour l’ancien royaume d’Israel par le biais d’un Messie, d’un « oint », issu de la maison de David.15 Lorsque l’antéchrist se manifestera en personne à Jérusalem au moyen de ses « prodiges trompeurs », les Juifs le proclameront immédiatement roi et messie. Ensuite, grâce aux pouvoirs des faux miracles, le faux prophète conduira les nations païennes à adorer l’antéchrist comme s’il était le vrai messie annoncé par les anciens prophètes. Saint Paul affirme clairement que l’antéchrist se présentera comme s’il était Dieu : « l’adversaire qui s’élève contre tout ce qui est appelé Dieu ou honoré d’un culte, jusqu’à s’asseoir dans le sanctuaire de Dieu, et à se présenter comme s’il était Dieu ».16

Beaucoup de théologiens croient que l’antéchrist reconstruira le temple de Jérusalem dans lequel il établira son trône et se fera adorer comme s’il était Dieu. Les paroles de Saint Paul, citées ci-dessus, semblent à première vue aller dans ce sens, et il ne fait aucun doute qu’un tel évènement provoquerait immédiatement l’assise et la reconnaissance de l’antéchrist et le succès de ses projets. Cependant, la prophétie de Daniel semble bien exclure une telle possibilité : « et l’abomination de la désolation sera dans le temple, et la désolation durera jusqu’à la consommation et jusqu’à la fin ».17 Peu importe comment les exégètes interprètent cette fameuse abomination : Les paroles du Christ prouvent clairement que ce passage de Daniel se réfère directement à la destruction du temple par l’armée romaine en l’an 70 de notre ère. La destruction ainsi réalisée, sera définitive. Elle « durera jusqu’à la consommation et jusqu’à la fin ».

Julien l’apostat tenta de reconstruire le temple au 4e siècle, mais son entreprise fut empêchée par des évènements miraculeux. « L’endroit fut rendu inaccessible à cause de terrifiantes boules de feu qui jaillissaient des fondation, blessant et brulant les ouvriers qui étaient alors contraints de prendre la fuite. Ces fréquentes attaques provoquèrent finalement l’abandon des travaux ».18

Le « temple de Dieu » dont il est question chez Saint Paul se réfère sans doute à toutes les églises et les chapelles catholiques en général, en en particulier aux églises qui se trouvent à Rome et à Jérusalem. « L’abomination de la désolation » a été portée dans de très nombreuses églises catholiques par des hérétiques et des apostats qui y ont brisé les autels, dispersé les reliques des martyrs et y ont profané le Très Saint Sacrement. Au temps de la révolution française, une femme de basse vertu fut placée sur l’autel de la cathédrale de Paris, où elle y était adorée comme la déesse de la raison. Ces évènements préfigurent les abominations qui profaneront les églises dans les douloureux temps durant lesquels l’antéchrist s’assiéra lui-même sur l’autel pour y être adoré comme un dieu.

VERSETS 13 À 15 : Le faux prophète aura le pouvoir de réaliser les prodiges de son maitre. Entre autres prodiges, il aura le pouvoir de faire descendre le feu du ciel, probablement pour imiter la prédication et les miracles d’Elie, et séduire ainsi un grand nombre de personnes. Il fera également ériger des statues de l’antéchrist qui seront idolâtrées par ceux qu’il aura séduit. Ces statues feront des oracles, comme celles des anciens paganismes. De fait, le règne de l’antéchrist et de son prophète sera un véritable renouveau du paganisme dans le monde entier.

VERSET 16 : Les disciples de l’antéchrist seront marqués par un faux signe, imitant celui que Saint Jean vit sur le front des serviteurs de Dieu.19 Ceci indique de l’antéchrist et son prophète mettront en place des cérémonies qui imiteront les Sacrements de l’Eglise. De fait, il existera alors une véritable organisation, une église de Satan, érigée en opposition à l’Eglise catholique. Satan s’y présentera comme Dieu le père. L’antéchrist comme le Messie. Et le faux prophète usurpera le rôle du pape. Leurs cérémonies et rites seront une contrefaçon des Sacrements, tandis qu’ils feront passer leur magie pour des miracles. Un projet similaire fut tenté au 4e siècle lorsque Julien l’apostat créa une contrefaçon du rite catholique, en le remplaçant par un mélange de cérémonies païennes en l’honneur de Mithra et de Cybèle. Il établit également des prêtres et institua des faux sacrements imitant le baptême et la confirmation.20

VERSET 17 : Durant la persécution sous Dioclétien, des statues de dieux païens étaient installées sur les marchés et dans les échoppes, et les clients étaient obligés de les vénérer et de leur offrir de l’encens. Personne ne pouvait acheter ou vendre sans participer à l’abominable culte païen.21 Dans les temps de l’antéchrist, le faux prophète usera de méthodes similaires pour provoquer l’apostasie des fidèles. Personne ne pourra acheter ou vendre les denrées de base sans prendre part au culte de l’antéchrist.

VERSET 18 : Pour désigner le nom de l’antéchrist, Saint Jean donne un cryptogramme qui permettra aux fidèles de l’identifier dès qu’il fera son apparition dans le monde. Ce cryptogramme consiste dans la valeur numérique des lettres de son nom. Saint Jean indique qu’il s’agit du nombre d’homme. Cela signifie probablement que ce cryptogramme devra être déchiffré par des méthodes communément utilisées parmi les hommes. Cela peut également signifier que ce nom est celui d’un individu en particulier, ce qui nous prouve que l’antéchrist ne doit pas être identifié avec l’empire romain ou avec les impies en général, comme certains le croient.22

Les auteurs ayant cherché à déchiffrer le nombre de l’antéchrist divergent lorsqu’il s’agit de savoir s’il faut utiliser les lettres latines, grecques ou hébraïques pour obtenir le bon résultat. D’une façon générale, on considère aujourd’hui que l’usage des lettres hébraïques est probablement la bonne méthode. Dans le nouveau royaume Juif à Jérusalem, l’utilisation de l’hébreu sera assurément encouragée, sinon rendue obligatoire. Aujourd’hui déjà, l’hébreu est l’une des langues reconnues en Palestine et elle est largement utilisée par les Juifs qui y vivent.23

Actuellement, la plupart des érudits catholiques, de même que les protestants, considèrent le nombre 666 comme étant un cryptogramme signifiant « Néron César », écrit en caractères hébreux. Mais selon notre interprétation, c’est là une impossibilité, car les jours de l’antéchrist sont encore à venir. De plus, la vie de Néron ne correspond pas à la description de l’antéchrist, mis à part le fait qu’il ait persécuté l’Église. L’avènement de Néron ne se fit pas « selon la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges trompeurs », comme le prédit Saint Paul en parlant de l’antéchrist.24

Le père Sloet, des Pays-Bas, a proposé une solution basée sur le titre de l’antéchrist en tant que « roi d’Israel ».25 Les Juifs ont toujours vu dans le Messie un grand meneur d’hommes qui réaliserait la restauration de l’ancien royaume d’Israel. Ils rejetèrent notre Seigneur parce qu’Il ne répondit pas à cette prétention des Juifs. Il est permis de croire que l’antéchrist ne manquera pas de prétendre à cette mission. Il sera le roi d’un « royaume d’Israel » restauré, et il n’y sera pas seulement un roi de passage, mais bien roi par excellence. Cette idée peut être exprimée en hébreu par le terme לארשל קלמה (hammelek l’Yisrael), qui correspondent à la valeur numérique 666. Mais afin d’obtenir ce résultat, le kaph médian (כ) doit etre utilisé dans le mot melek (roi) au lieu du kaph final (ך).

R.P. Sylvester Berry, L’Apocalypse de Saint Jean, édition française parue en 2020 chez XB éditeur.

1 Daniel 7 ; 19-22.

2 Saint Augustin, La Cité de Dieu, xx, 19.

3 2 Thessaloniciens 2 ; 3-9.

4 Jean 5 ; 43, voir aussi 1 Jean 2 ; 18.

5 Genèse 3 ; 15.

6 2 Thessaloniciens 2 ; 9.

7 Matthieu 24 ; 24-25.

8 Voir ci-dessous au chapitre 17, versets 10 et 11.

9 Matthieu 4 ; 9.

10 2 Thessaloniciens 2 ; 3.

11 Matthieu 7 ; 2.

12 Voir ci-dessous au chapitre 16, verset 13 et au chapitre 19, verset 20.

13 Matthieu 24 ; 23.

14 Voir au chapitre 11, verset 8, au chapitre 14, verset 20 et au chapitre 16, verset 19.

15 Encylopedia Americana, Art., « Jews and Judaism-Zionism ».

16 2 Thessaloniciens 2 ; 4.

17 Daniel 9 ; 27.

18 Ammianus Marcellinus, xxiii, 1. Voir aussi Catholic Library, Archeology Series, vol. iv, 153.

19 Voir précédemment, p. 80.

20 Catholic Library, Archeology Series, vol. iv, p. 148.

21 Catholic Library, Archeology Series, vol. iv, p. 123.

22 International Critical Commentary, Revelation of St. John, vol. 1, p. 384.

23 Note du traducteur : Rappelons ici que le R.P. Berry a publié le présent livre en 1921, plus de 20 ans avant l’établissement officiel de l’actuel état Juif.

24 2 Thessaloniciens 2 ; 9.

25 Père Sloet, Lettre au Père Gallois, 18 Mai 1893.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.