Donoso Cortès : L’Absence de Principe d’Autorité dans Les Sociétés Modernes

Je crois, messieurs, je crois avec la conviction la plus profonde que nous entrons dans une période d’angoisses ; tous les symptômes l’annoncent à la fois : l’aveuglement des intelligences, l’animosité des esprits, les discussions sans objet, les luttes sans motif ; mais par-dessus tout — j’étonnerai sans doute beaucoup l’Assemblée —, la fureur des réformes économiques. Quand cette fureur qui vous agite tous emporte les esprits, comme elle le fait à cette heure, on peut y voir le présage assuré de grandes catastrophes et de grandes ruines.

Nul homme, entre ceux qui sont arrivés à l’immortalité, n’a basé sa gloire sur la vérité économique ; tous ont fondé les nations sur la base de la vérité sociale, sur la base de la vérité religieuse. Cela ne veut pas dire, car je prévois les objections et je vais au-devant d’elles, cela ne veut pas dire qu’à mon avis les gouvernements doivent négliger les questions économiques, que les peuples doivent être mal administrés ; je ne suis pas assez dépourvu de raison et de cœur pour me laisser aller à une sem­blable extravagance. Je ne dis pas cela, mais je dis que chaque question doit être mise à son rang, et que le rang de ces questions est le troisième ou le quatrième, et non le premier : voilà ce que je dis.

Traiter ici ces questions, c’est, a-t-on prétendu, le moyen de vaincre le socialisme. Ah ! Messieurs, le moyen de vaincre le socialisme ! Qu’est-ce donc que le socialisme, si ce n’est une secte économique ? Le socialisme est le fils de l’économie politique, comme le vipereau est fils de la vipère, lequel, à peine né, dévore celle qui vient de lui donner la vie. Entrez dans ces questions économiques, mettez-les au premier rang, et je vous annonce qu’avant deux années vous aurez toutes les questions socialistes dans le parlement et dans la rue.

Messieurs, les réformes économiques ne sont pas un remède suffisant à ce mal ; la chute d’un gouvernement et son remplacement par un autre gouvernement ne sont pas non plus un remède. L’erreur fondamentale en cette matière est de croire que les maux que souffre l’Europe viennent des gouvernements. Je ne nierai pas l’influence du gouvernement sur les gouvernés ; comment la nierais-je ? Qui l’a jamais niée ? Mais le mal est beaucoup plus profond, beaucoup plus grave. Le mal n’est pas dans les gouvernements, le mal est dans les gouvernés : le mal vient de ce que les gouvernés sont devenus ingouvernables.

La vraie cause de ce mal grave et profond, c’est que l’idée de l’autorité divine et de l’autorité humaine a disparu. Voilà le mal qui travaille l’Europe, la société, le monde ; et voilà pourquoi, messieurs, les peuples sont ingouvernables.

Juan Donoso Cortès, Discours sur la situation générale de l’Europe, prononcé à la chambre des députés de Madrid, le 30 janvier 1850

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s