Cergy ou le Racisme Généralisé de la France Multiculturelle

Avec le déconfinement et le retour des beaux jours, l’actualité française renoue avec la grande tradition des faits divers. Il y a presque dix ans de cela, j’avais écrit dans un numéro d’Action Française Universitaire un article intitulé « La guerre multiraciale dans les cités » (ou quelque chose comme ça). J’y décrivais un phénomène que je connaissais bien, à savoir les frictions importantes entre les différentes communautés d’origine immigrée présentes en France, en particulier dans les banlieues de certaines grandes métropoles.

Aujourd’hui, je découvre qu’une succession de faits divers illustrant parfaitement ce problème semble soudainement avoir éveillé l’opinion publique : hé oui, le raciste n’est pas systématiquement « l’homme blanc hétérosexuel de plus de 50 ans », pour reprendre le cliché véhiculé par les militant-e-s gauchistes depuis quelques années.

En ce qui me concerne, j’ai le plus grand dégout pour les obsessions, passions et haines raciales, d’où qu’elles viennent. Non pas que je sois de ceux qui nient les réalités ethniques et anthropologiques, bien au contraire : j’aime la diversité du genre humain, mais je méprise profondément l’hybris racial ou national exprimés par certaines personnes ou mouvances. Là encore, cette critique peut aussi bien se formuler à l’endroit d’européens que d’africains. Comme mes bons amis de Radio Regina, je ne suis pas un nationaliste. Je suis un intégraliste catholique. Même si je crois à l’importance des réalités ethniques et culturelles, je considère ces dernières comme étant relatives et secondaires face à la foi catholique et à la loi naturelle. Je ne suis pas contre le métissage en tant que tel, ni contre une certaine forme de multiculturalisme[1], pourvu qu’il s’agisse de travailler à la domination totale du catholicisme dans la société, dans les lois et dans les familles. Le seul suprématisme dont je me réclame, c’est le catholicisme, tant spirituellement que politiquement.

Cela étant dit, nous constatons que les sociétés impies et déréglées le deviennent d’autant plus lorsque leur impiété et leurs dérèglements poussent la logique du laïcisme et du multiculturalisme jusqu’à son paroxysme. Le cas de l’actuelle société française constitue assurément un cas d’école.

Ce dimanche soir dernier, à Cergy-Pontoise, un livreur Uber Eats Noir qui allait tranquillement récupérer une commande dans un fast-food se fait lourdement agresser par un Maghrébin frustré, parait-il, de ne pas avoir été servi par l’établissement en question pour cause de couvre-feu. Plus haut dans l’immeuble, une habitante, Noire, filme la scène et interpelle légitimement l’agresseur maghrébin. En retour, ce dernier lui assène plusieurs remarques racistes de façon assez virulente. Reprenant en partie les propos du fameux influenceur Bassem Braïki, l’agresseur maghrébin déclame sa révulsion pour les femmes noires (bien que la dame insultée n’ait fait aucune avance), et poursuit son propos en déclarant assez fièrement que l’Algérie, son pays, a réduit en esclavage les Noirs pendant plus de 800 ans.

Il n’en fallait pas plus pour que l’affaire fasse le tour de la toile, et surtout des réseaux sociaux. Dès le lendemain, plusieurs dizaines de personnes, majoritairement d’origine africaine, se sont rendues devant le fast-food devant lequel les faits se sont déroulés. L’agresseur ayant en effet déclaré « travailler ici », le gérant du fast-food se retrouva associé et suspecté de racisme par association. Ceci à un point tel qu’une protection policière dût être dépêchée et le commerce du pauvre homme, qui n’a sans doute rien demandé, fermé.

Mais surtout, l’affaire s’est immédiatement retrouvée propulsée sur le devant de la scène médiatique, contrairement aux agressions gauchistes contre la procession catholique de la semaine dernière à Paris. Sur CNEWS, la fatiguante Elizabeth Levy y est allée de son commentaire face à Sonia Mabrouk, tandis que Hanouna, flairant toujours le bon buzz, a convoqué sans attendre la dame ayant filmé la scène sur le plateau de TPMP. Ô stupeur : nous apprenons donc que le prétendu racisme systémique dont la gauche nous parle depuis des années ne serait pas exclusif aux méchants Blancs, mais se manifesterait aussi au sein même des « minorités opprimées ».

Toujours sur CNEWS, on a même eu droit à une avocate de la LICRA avouant avec difficulté qu’il existait effectivement un racisme entre Noirs et Maghrébins, et qu’on a longtemps occulté la traite arabo-musulmane dans les programmes scolaires. En clair, les programmes scolaires peuvent bien accabler les ancêtres du petit Lucas, mais ne doivent rien dire sur le passif des ancêtres de Zyed et Bouna. Ce n’est pas une image exagérée de ma part. C’est en substance ce que Christiane Taubira avait déclaré il y a quelques années :

Du coup, le discours gauchiste en prend un coup et les plus facétieux ressortent à foison les interviews d’historiens réputés et ostracisés comme le Pr. Tiadiane N’Diane et le Pr. Bernard Lugan.

Comme l’a très bien noté un frère catholique sur Twitter, « toute société multi-culturelle est multi-conflictuelle. Toute société multi-raciale est multi-raciste ».

Le postulat libéral-démocratique (qui affecte quasiment toute la gauche, ainsi qu’une partie de la droite) veut nous faire croire que la superposition de différences concourt mécaniquement à une augmentation du bien et du beau. Il n’y rien de plus faux et de plus absurde, tout particulièrement lorsque cet utopisme est imposé dans un État constitutionnellement apostat, impie et sans principes autres que le refus du principe catholique, à savoir le seul qui soit en mesure de réparer le cœur des hommes, comme celui des sociétés humaines. Mais pour le médiocre Aurélien Taché, tout va bien. Selon lui, 157 nationalités différentes (sic) peuvent très bien vivre ensemble à Cergy-Pontoise !

La vérité est celle-ci, et je ne le sais que trop bien : en fait, tout le monde, ou presque, est raciste. Blancs, Noirs, Maghrébins, Asiatiques, Russes, Amérindiens, Aborigènes, etc. Presque tout le monde est raciste, parce que nous sommes tous de misérables êtres humains, trop souvent soumis à nos tares et nos passions. Ainsi, le discours consistant à accabler l’homme Blanc du fameux « racisme systémique » qui frapperait encore la société globohomo du 21e siècle s’effondre le plus facilement du monde face à de tels faits divers. Quant aux racisé-e-s matrixés par l’anti-racisme TikTok (donc par le racisme inversé), ils s’affrontent actuellement pour déterminer qui, des rebeux et des renois, est le plus raciste. Certains se confondent en excuses au nom d’un « combat » (lequel ?) qui devrait mécaniquement unir Noirs et Maghrébins, et d’autres en profitent pour se moquer, les uns des Khel, les autres des Zarabes, avec pour toute référence doctrinale des lumières de savoir telles que Bassem ou Sylvain Afoua.

Il y a presque 10 ans, dans l’Action Française Universitaire, je commentais déjà les affrontements entre « Rebeus » et « Khels » dans les quartiers, le plus souvent autour d’affaires de femmes. Pourtant, les uns et les autres étaient supposés être des frères dans la foi musulmane. J’aurais pu alors largement étendre mon article. La haine entre races, ethnies et nations est sans doute aussi vieille que la guerre entre la descendance de Seth et celle de Caïn, ou de celle de Sem et Japhet et celle de Canaan. Les choses sont ainsi, tout particulièrement chez les hommes qui rejettent le pouvoir unificateur de la foi catholique. En tant que métis, je ne le sais que trop bien, quoiqu’en y réfléchissant bien, il me semble n’avoir jamais reçu une seule remarque ou attitude raciste à mon endroit de toute ma vie de la part d’Européens, tandis qu’il m’est arrivé d’en subir de la part d’Africains.

Cela dit, je n’ai jamais jugé cela très grave, seulement déplorable. Il y a des gens qui ont vécu pire. Certaines pleureuses communautaristes se plaignent du prétendu racisme systémique et font même une carrière juteuse sur cette fable. Pour ma part, j’ai pu voir des gens souffrir dans leur chair du racisme, notamment en Afrique. Des gens battus, agressés, tués, brulés vifs pour la simple raison qu’ils appartenaient à une ethnique considérée comme ennemie et intrinsèquement mauvaise. Des vies Noires qui n’intéressent guère les imbéciles qui militent pour « Black Lives Matter ».

Un autre fait divers, beaucoup plus douteux cette fois-ci, a également retenu mon attention. Vous allez vite comprendre pourquoi je dis « douteux ». Selon un reportage d’AJ+, le média qatari, un jeune congolais vivant à Paris aurait été doublement victime, non seulement de racisme, mais aussi d’escroquerie pure et simple. Désirant louer un bel appartement AirBnB dans le 16e arrondissement pour demander sa fiancée en mariage, le jeune homme s’est vu refuser l’entrée de l’immeuble et se fit ensuite copieusement insulter par le propriétaire des lieux, lequel déclara ne pas vouloir louer l’appartement à un Noir, qui selon lui, y aurait assurément organisé une fête et aurait saccagé les lieux, et de conclure en déclarant fièrement vouloir garder l’argent déjà versé. Pour ajouter à l’injure, le propriétaire, enregistré par la présumée victime, déclara crânement vouloir garder l’argent déjà versé pour la location, tout en se moquant de la bêtise des Noirs, qui ont été réduits en esclavage pendant des siècles. Je résume le gros du propos.

Si tout ceci est vrai, alors il va de soi que le jeune homme en question est effectivement victime d’une double injustice intolérable. Mais plusieurs choses dans cette affaire m’ont immédiatement fait tiquer. Tout d’abord, j’ai rapidement cru reconnaitre dans la voix et l’intonation du propriétaire une sorte d’accent séfarade. Ce n’est qu’une supposition de ma part, mais j’ai une bonne oreille pour ces choses-là. Cependant, sans affirmer qu’une telle affaire serait impossible, les propos semblent si grossiers et caricaturaux qu’on croirait visionner un spot de prévention contre le racisme réalisé par le ministère de l’intégration. Au vu des commentaires, je suis loin d’être le seul à douter de la véracité de ce reportage, et pour cause : tout contenu provenant d’AJ+ doit être considéré comme hautement suspect, ce média qatari de type infotainement (du genre BuzzFeed ou Brut) est réputé pour être l’un des fers de lance du soft power islamique, sous couvert de vidéos prenant partie pour des causes typiquement gauchistes.

En bref, pour conclure sur toutes ces affaires : oui, les frictions, haines ou passions raciales et ethniques existent bel et bien. Pour le gauchiste, elles émanent forcément, mécaniquement et presque génétiquement du méchant homme blanc, occidental et colonisateur. Pendant des décennies en France, il était très difficile et parfois même impossible de rappeler que presque tous les peuples de la terre, sur tous les continents, se sont livrés à la colonisation et à la mise en esclavage de tel ou tel autre peuple, lointain ou voisin. En clair, il était difficile de faire comprendre que le racisme est en réalité un vice des plus universels et qu’à vrai dire, il n’y a paradoxalement rien de plus raciste que de soutenir le contraire. Comme toujours, l’idéologisme libéral-gauchiste se brise violemment face au réel, et souvent au moyen de faits divers anodins comme celui de Cergy-Pontoise.

Comment l’exécutif macronien pourra-t-il se servir de telles affaires ? À mon avis, bien difficilement, puisque la teneur d’icelles sert tout sauf le narratif libéral-gauchiste. S’il veut être réelu en 2022, il faudrait à Macron une sorte d’affaire George Floyd, tombant à pic et impliquant des policiers fans de Marine Le Pen. Certes, la France, ce n’est pas les Etats-Unis : c’est les Etats-Unis avec 5 ou 10 ans de retard. Les Français dans leur ensemble sont bien plus sensibles à des problèmes plus réels et immédiats : problèmes économiques, problèmes d’insécurité, de violences et de criminalité, problème d’immigration, risques d’attentats, etc. Or, contrairement aux USA, nous n’avons pas le droit de porter des armes à feu et nous n’avons pas reçu de « stimmy checks ».

Alors qu’elle est un pays relativement petit géographiquement parlant, on pourrait se dire que la France devrait être plus facile à reprendre, à unir et à gouverner. Hélas, nous vivons dans un pays extrêmement divisé. Divisé d’abord contre lui-même, au moins depuis 1789 et la longue apostasie de la Foi qui a fait de l’ancienne fille ainée de l’Eglise, la première prostituée du diable. Viennent ensuite les divisions partisanes, directement liées au précédent phénomène. Viennent ensuite les divisions mécaniquement induites par l’incapacité intrinsèque de gouverner un pays par un système de démocratie libérale, qui n’est pas autre chose que le règne de la corruption et des lobbies. Viennent enfin s’ajouter à cela le vacarme médiatique et les passions sociétales infinies. Ajoutez à cela l’accroissement continuel d’une population immigrée (venant de plus en plus de façon illégale) qui arrive dans un pays où le président est littéralement un bouffon faisant des roulades dans les jardins de l’Elysée et où le gouvernement promeut l’homosexualisme à la jeunesse, et vous avez la recette pour un chaos sans nom.

Nous le répétons donc, seul l’État catholique pourra régler cette situation, pour des raisons qui devraient être évidentes à tout esprit intelligent.


[1] Oui, plusieurs cultures humaines peuvent relativement bien cohabiter dans un espace déterminé. Tout dépend de la pertinence et de la supériorité des lois qui régissent ces communautés entre elles et vis-à-vis de la collectivité. Cependant, le multiculturalisme tel qu’il existe actuellement en France ne peut conduire qu’au chaos. Rien qu’à Cergy-Pontoise, selon le très libéral Aurélien Taché, l’on trouve pas moins de 157 nationalités différentes !

Une réflexion sur “Cergy ou le Racisme Généralisé de la France Multiculturelle

  1. Même si comme vous le dîtes, ces conflits raciaux ont une très grande antériorité, liés à la nature blessée de l’Homme – quand on considère les sociétés pré-chrétiennes, une grande majorité était tribale, matriarcale et donc violente, les travaux de Sylvain Durain sont intéressants sur ce sujet, on comprend mieux certaines paraboles christiques visant à désamorcer des conflits de ce type, il est quand même curieux -ironiquement parlant bien sûr – de constater que les précurseurs du Racisme biologique qui trouvera son aboutissement dans les théories du Nazisme, sont des philosophes naturalistes ou des protestants du 17ème.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s