La FSSPX valide l’utilisation de vaccins développés à base de cellules de fœtus avortés ?

Nous n’avons pas ici l’habitude d’attaquer la FSSPX, car nous y comptons de nombreux frères et amis. Toutefois, nous ne manquons jamais une occasion de souligner certaines contradictions et paradoxes notoires dans l’approche doctrinale de la FSSPX en général.

Le site officiel de la Frat’ a publié cette semaine un texte donnant quelques informations concernant une grave question d’actualité : « Un catholique peut-il accepter un vaccin contre le coronavirus en bonne conscience » ?

Il s’agit là d’une question effectivement importante et la FSSPX a le mérite de communiquer à ce sujet, étant donné les inquiétudes grandissantes des fidèles.

Contrairement à d’autres, nous ne sommes pas contre les vaccins par principe, mais nous sommes à tout le moins contre l’administration d’un certain nombre de vaccins modernes qui engagent de graves questions morales.

Nos lecteurs n’ignorent sans doute pas qu’un nombre considérable de vaccins communément diffusés aujourd’hui (et parfois obligatoires dans certains pays) ont été développés à partir de cellules prélevées sur des fœtus avortés. Nous avons identifié au moins un vaccin anti-COVID-19 à avoir été développé de la sorte. De plus, comme le note l’article de la FSSPX : « les médicaments les plus efficaces contre le coronavirus à ce jour, le Remdesivir et le REgeneron, qui ont aidé le président Donald Trump a guérir du COVID-19, ont également été développés avec l’utilisation de cellules fœtales ».

L’article se poursuit alors en tentant d’exposer « ce que l’Eglise enseigne à propos de ces traitements ». Selon l’article de la FSSPX :

Concernant les vaccins ou les médicaments développés par utilisation de cellules fœtales, l’Eglise permet leur utilisation par le grand public, mais ne permet pas leur fabrication. Ceci peut sembler contradictoire, mais l’Eglise que s’il n’existe pas d’autre traitements disponibles pour répondre à un problème sanitaire de masse, autre que ceux développés à partir de cellules provenant de fœtus avortés, la réception de ces médicaments constitue seulement un péché matériel, et non formel.

Cette déclaration pose de graves problèmes, tant moraux que doctrinaux, et illustre fort bien la position malheureusement hétérodoxe de la Frat’ par rapport aux autorités modernistes et par rapport à la théologie dogmatique de l’Eglise.

En effet, les vaccins développés à partir de cellules de fœtus avortés n’ont commencé à l’être que dans les années 1960-1970, à peu près dans le même temps que la révolution moderniste.

Ainsi, à quels « enseignements de l’Eglise » sur cette question la FSSPX fait-elle donc référence ?

Pour soutenir ces propos, l’auteur de l’article renvoie à deux sources, dont l’une émane directement de la secte moderniste, à savoir une lettre de l’Académie Pontificale Pro Vita (une pure création moderniste). L’autre source est un article du site de la FSSPX sur les questions médicales en général.

Nous ne sommes ni docteurs en médecine, ni en théologie morale, mais nous nous posons la question suivante :

Comment se fait-il que la Frat’ fonde son opinion sur les vaccins de conception moralement douteuse, à partir d’un document émanent de la secte moderniste, alors que la Frat’ refuse par ailleurs d’adhérer à quasiment tous les enseignements de la même secte et de ses pseudopapes, en particulier aux  doctrines de Vatican 2, mais aussi à la liturgie et la discipline conciliaire en général ?

Pourquoi ce document conciliaire devrait donc être tenu pour catholique, fiable et d’autorité pour les catholiques, mais pas tout le reste de la doctrine de Vatican 2 ? Ce cas illustre une fois encore les contradictions infernales dans lesquelles s’enferme la FSSPX.

La Frat’ tient à juste titre les doctrines de Vatican 2 pour erronées et tient la liturgie de Paul VI pour invalide ou fortement douteuse. Mais dans le même temps, la Frat’ maintient que c’est bien l’Eglise et de vrais papes, qui ont promulgué ces fausses doctrines et ces faux sacrements. Ce qui absurde et surtout absolument contraire à la théologie dogmatique la plus élémentaire.

La Frat’ se refuse depuis des lustres à faire le constat clair de la vacance du siège, comme l’ont fait les catholiques dits « sédévacantiste », seule réponse théologiquement certaine aux conséquences de Vatican 2.

Elle se retrouve désormais réduite à piocher dans l’enseignement « moral » de la secte moderniste, tout en présentant ces enseignements comme étant ceux de l’Eglise. Entre la FSSPX et la secte moderniste, il n’y a plus très loin de la coupe aux lèvres. Pour l’heure, il n’y plus très loin de la piqûre au bras.

D’ailleurs, cet article a déplu a énormément de fidèles de la FSSPX. Ci-dessous, cet individu remarque dans son thread que la position de la Frat’ concernant l’utilisation de vaccins développés à partir de cellules fœtales abortives a radicalement changé en quelques années, passant du refus catégorique, à la permissivité sous certaines conditions. Un changement de position qui semble directement lié aux documents modernistes cités précédemment :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s