Un Royaume divisé contre lui-même : L’amnésie identitaire française et ses conséquences

Le camp catholique et nationaliste français considère généralement que 1789 fut le point de rupture qui fit basculer la France dans un régime et une société profondément opposés à la nature et l’identité même du pays. D’une société catholique et jusnaturaliste, on est alors passé à une société laïciste, agnostique et naturaliste. Mais cette bascule n’est pas aussi claire, chronologiquement parlant.

D’une part, parce qu’on peut légitimement identifier d’autres causalités bien avant 1789 : la révolution protestante, le développement du gallicanisme ou encore l’influence des Lumières. Après 1789, le point de rupture politique s’est plus exactement joué dans les années 1820, période pendant laquelle la France a connu son dernier régime authentiquement français et catholique. Durant cette période, le gouvernement des ultras mit en place de nombreuses réformes législatives pour re-catholiciser le droit français, tant sur le plan constitutionnel, que social et économique. Mais lorsqu’ils voulurent mettre en place des lois pour faire du catholicisme la religion officielle de l’état, et lorsqu’ils voulurent faire voter de sévères lois contre le blasphème et contre les profanations, ils trouvèrent face à eux la coalition des libéraux et des montagnards, c’est-à-dire, les deux partis de la révolution, héritiers du gallicanisme que du jacobinisme.

La France des trois partis

On s’imagine parfois que la révolution française est un héritage de gauche. C’est vrai, si l’on s’en tient à la définition catholique de ce que constitue la gauche, mais si l’on s’en tient aux définitions couramment admises, cette analyse est fausse, ou du moins trompeuse. En réalité, les deux partis de la révolution furent à la fois la « droite libérale » du girondisme, et la « gauche radicale » de la montagne.

Le grand Jean de Viguerie avait déjà exposé tout ce dont nous parlons dans son fameux livre « Les Deux Patries ». S’il nous était permis de prétendre prendre sa suite sur ce sujet, il nous faudrait peut-être titrer : « Les trois partis ».

En effet, la grave déchirure identitaire de 1789 a profondément divisé la France, provoquant une rupture brutale entre la nation chrétienne et la nation révolutionnaire, rebelle et « républicaine ».

Or, la France chrétienne, qui continue de subsister aujourd’hui par la présence de milliers de catholiques traditionalistes, ne fait pas face à une simple opposition d’un bloc révolutionnaire unifié et facilement identifiable.

Non, elle fait face à un bloc complexe. Complexe, car la France déchristianisée est un royaume divisé contre lui-même.

La France apostate est un royaume divisé contre lui-même

Ce royaume est composé d’une tendance de droite et d’une tendance de gauche, ces deux tendances s’opposant entre elles sur le plan politicien, mais se liguant en « arc républicain » dès lors qu’il s’agit de nuire aux intérêts de la Religion et de la loi naturelle.

Or, si ce royaume divisé a pu connaitre quelques fulgurances qui participent encore aujourd’hui à sa mythologie, il ne peut subsister dans la durée, dans la paix et dans la justice, précisément parce que ce royaume a été bâti sur les sables mouvants des idéologies libérales et maçonniques, et non pas sur le roc solide et insubmersible de la loi divine et naturelle.

Et ceci se vérifie aujourd’hui plus que jamais : concrètement, rien ne différencie philosophiquement Emmanuel Macron de Marine Le Pen, ou Nicolas Sarkozy de Jean-Luc Mélenchon. Si chacun exprime une idéologie propre à sa mouvance, tous ne s’opposent en réalité que sur des détails subsidiaires, et non pas fondamentaux. Leur opposition se fonde sur la direction politique de la France, et non pas sur la direction fondamentale de la France. Leur opposition se fonde sur une dispute de l’héritage idéologique révolutionnaire, et sur rien d’autre. La 5e République n’est donc qu’une guerre de succession permanente, entre rejetons de la révolution anti-chrétienne.

Amnésie identitaire

La question identitaire actuelle n’est finalement motivée qu’en raison de phénomènes purement matériels et humains, à savoir l’immigration massive et ses conséquences culturelles, économiques et démographiques. La dimension spirituelle de cette question identitaire est, non pas évacuée, mais restreinte au champ de vision de l’idéologie fondamentale de ce royaume divisé, c’est-à-dire un champ de vision qui se borne à l’idéologie révolutionnaire, libérale et laïciste.

Ainsi, face à la menace du fondamentalisme islamique, tous n’opposent que l’idéologie révolutionnaire, libérale et laïciste. Voici à quoi se borne l’identité fondamentale de ce royaume divisé. Le blocage identitaire est moins directement lié aux effets démographiques et ethnoculturels de l’immigration, mais plutôt à l’amnésie identitaire française, résultat d’un siècle et demi de révolution anthropologique. Après un siècle et demi de submersion idéologique et un demi-siècle de submersion migratoire, il semble que la raison fondamentale de la faiblesse profonde de l’actuelle anthropologie française soit d’ordre principalement spirituel, et non pas simplement temporel, ethnique ou « culturel ».

Quelques individus, notamment à droite, n’ajouteront le christianisme à la question identitaire, qu’au titre d’un héritage purement culturel et patrimonial, comme le faisaient déjà les libéraux des années 1820. Ils ne l’admettent toutefois jamais comme référent total, actuel et réel. De plus, cette approche est d’autant plus méprisable que les partisans de ce « christianisme patrimonial » ont le plus souvent une idée absolument hérétique du christianisme réel.

Autodestruction française ou renaissance catholique

En bref, les débats identitaires agités depuis de nombreuses années dans le paysage politique de la 5e République, nous semblent vains. Vains, car cantonnés exclusivement à un périmètre idéologique qui exclut fondamentalement le réel, à commencer par la réalité de ladite identité française. Vains, car l’offre politique actuelle –du moins celle qui bénéficie de moyens financiers, d’un appareil et d’une exposition médiatique- fonde toute son approche en se fondant sur ces idéologies contraires à l’identité profonde de la France. Vains, car après un siècle de révolution anthropologique arrivée à son stade terminal[1], les français eux-mêmes, souffrent d’amnésie identitaire. Une grande majorité d’entre eux rejettent la lumière pure du catholicisme, et lui préfèrent l’obscurantisme révolutionnaire, qu’ils pensent à tort agnostique, alors qu’il est non seulement idéologique, mais aussi spirituel. Si les français préfèrent vraiment les fondamentaux spirituels et idéologiques de la franc-maçonnerie à la foi catholique, ne doivent-ils pas admettre qu’ils font le choix du mal contre le Bien ?

La France meurt donc précisément de son idéologie apostate et tous les dérèglements, les trahisons et les scandales gouvernementaux de la 5e République n’en sont que les effets mécaniques.

Comment voulez-vous que les gouvernements œuvrent pour le bien commun et appliquent la justice, si aucun principe moral objectivement supérieur, ne les y obligent ? Comment voulez-vous garantir la souveraineté de l’état et la sûreté du pays, en acceptant un régime qui favorise mécaniquement l’élection du parti de la trahison et de l’injustice permanentes ? Comment voulez-vous vous prémunir de l’islamisme, du socialisme, du néo-libéralisme, du capitalisme oligarchique et de la décadence en général, tout en soutenant les « valeurs » du laïcisme et du démocratisme pseudo-représentatif, qui permettent précisément et mécaniquement la libre propagation de ces maux ?

Seule une constitution directement fondée dans le droit naturel et la morale chrétienne, peuvent mécaniquement empêcher la propagation de ces maux, aussi bien dans la société, qu’à la tête de l’état. Le pape Pie XI avait rappelé cette chose élémentaire, dans les années 1920 :

Si les princes et les gouvernants légitimement choisis étaient persuadés qu’ils commandent bien moins en leur propre nom qu’au Nom et à la place du divin Roi, il est évident qu’ils useraient de leur autorité avec toute la vertu et la sagesse possibles.

Contrairement à d’autres pays, la France a eu la grâce incommensurable d’avoir été fondée toute entière par, et dans le catholicisme. La France ne s’est pas convertie : elle est née chrétienne. Aujourd’hui, elle est apostate. La France avait bien commencé, mais aujourd’hui, Dieu la vomit de sa bouche. Comment concevoir un pareil affront à la Providence ? La question urgente pour chaque français est désormais celle-ci : comment réparer cet affront historique ?

Si beaucoup de français considéraient sérieusement cette question, ils verraient quels bénéfices énormes ils tireraient de la Miséricorde Divine.

La France reviendra aux traditions de saint Louis, ou elle périra dans la honte et la ruine. – Léon XIII

[1] Malgré la victoire décisive des régimes révolutionnaires à partir de 1830, la France demeurait en grande partie, anthropologiquement et activement catholique. La bascule définitive ne s’est produite qu’à cause de la révolution ultime : celle de Vatican 2.

4 réflexions sur “Un Royaume divisé contre lui-même : L’amnésie identitaire française et ses conséquences

  1. c’est plutôt un conditionnement mentale dés la maternelle réalisé dés la maternelle par les instances « éducatives » (écoles, collèges, universités) et les médias (publicités, « documentaires », séries etc) relayant constamment des mythes anti-catholique des protestants, de voltaire et de michelet (gallilé, giordano bruno, inquisition, callas, le chevalier delabarre, croisades etc), évolutionnistes (darwin), pseudo rationalistes (descartes, kant), libertaires libertins (épicure), naturaliste, pro droits de l’Homme contre Dieu etc. Tant que ce conditionnement mentale n’est pas contrecarré, il saura difficile de faire entendre raison aux gens

    Aimé par 1 personne

    1. C’est très exact ! Il semble toutefois que ce conditionnement mental ne sera contrecarré en masse, que par une maitrise du pouvoir politique. Les forces révolutionnaires ont agi ainsi pour pourrir les cervelles des français dès le plus jeune age.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s