[Méditations] Rev. Johann Zollner : Quand Dieu abandonne le pécheur incorrigible

Les Juifs prirent des pierres pour les jeter sur Jésus, afin de Le tuer. Mais Il se cacha et sortit du Temple. Les Juifs étaient furieux car ils ne purent Le lapider à mort, mais plus tard, ils se confortèrent par la pensée suivante : bien que nous n’ayons pas pu Le tuer, nous L’avons au moins chassé et Il ne reviendra certainement plus dans le Temple pour prêcher Son odieuse doctrine. O, quel aveuglement ! Ils se délectent du plus grand des péchés ; ils se réjouissent que L’ayant lapidé, ils L’ont forcé a les abandonner, alors qu’ils devraient plutôt pleurer et se lamenter de cela. Tel est le châtiment de ces malheureux qui méprisent toutes les grâces des Cieux et persévèrent obstinément dans le péché. Dieu les abandonne. Méditons aujourd’hui sur cette grave vérité. Dieu abandonne le pécheur incorrigible, et ceci est un châtiment terrible, juste et universel.

1/ Dieu abandonne le pécheur incorrigible. Ceci est un chatiment terrible, car tel pécheur ne se convertira pas, bien qu’il le pourrait.

Première preuve : Les Juifs. Le Christ était parmi eux, et ne Se rendait toutefois plus dans leur temple. Il revint encore dans leur ville, réalisa de nouveaux miracles, guérissant un homme aveugle. Il les instruisit encore et S’eforça de les convaincre de Sa divinité et de Sa dignité de Messie. Lorsqu’Il fut cruxifié, ils avaient encore l’opportunité de se convertir, comme le fit le bon larron, le centurion et d’autres encore. De plus, ils avaient encore quarante ans pour faire pénitence. En ces temps là, la Résurection de Jésus se déroula, un évenement qui fut connu dans tout Jérusalem et qui ne pouvait être nié. Il faut y ajouter la descente du Saint Esprit, qui fut acompagnée par de grands signes et des miracles, la proclamation et la propagation de l’Evangile dans tout l’empire romain, ainsi que les innombrables miracles que les apôtres et leurs successeurs réalisèrent. Qui aurait pu croire que les Juifs auraient néanmoins persévéré dans leur mécréance ? C’est pourtant ce qu’ils firent. Seul une minorité d’entre eux embrassa la foi chrétienne. La majorité demeura obstinée jusqu’à ce que le chatiment de Dieu ne vienne les frapper.

Les mauvais chrétiens. Pour eux, la conversion est plus facile qu’elle ne l’était pour les Juifs. Comme membres de l’Eglise catholique, ils sont en possession de tous les moyens de la grâce par lesquels ils peuvent être purifiés et sanctifiés. Ils ont le Verbe de Dieu, le Saint Sacrifice de la Messe, les sacrements. Dieu cherche à les gagner par la voix de leur conscience, par les admonitions de leurs amis, par le bon exemple des pieux chrétiens, par la prospérité et par l’adversité. Je vous laisse déterminer si la conversion est chose facile pour un chrétien. Mais, est-il converti ? Non, trop souvent, il rejette les moyens de salut, ou en abuse et continue à offenser Dieu. Parmi nous se trouvent beaucoup de pécheurs incorrigibles. Peu importe tout ce que Dieu fait pour eux, ils ne se convertissent pas. Non, au lieu de se convertir, ils deviennent de plus en plus obstinés ; et donc de plus en plus coupables.

Nous voyons donc, chez les Juifs : Plus le Christ resta parmi eux, plus Il prit de peine à les convertir; mais plus Il accomplissait de miracles, plus ils devenaient hostiles envers Lui. Ils ont mal interprété Ses paroles, L’ont contredit, L’ont calomnié et blasphémé, et ont cherché à Le tuer. Ils l’ont fait, non par ignorance, mais par méchanceté; ils savaient et admettaient qu’Il avait fait des miracles; ils dirent ainsi : « Qu’allons-nous faire, car cet homme fait de nombreux miracles ? » (Jean n: 47). Finalement, ils ont décrété Sa mort, L’ont livré à Ponce Pilate, le gouverneur romain, et n’ont cessé jusqu’à ce qu’Il soit condamné à mourir sur la croix. Quelle obstination ! Il n’est pas étonnant que le Christ ait dit : « Malheur à toi, Corozaïn ; malheur à toi, Bethsaïde ; car si les miracles qui ont été faits au milieu de vous avaient été faits dans Tyr et dans Sidon, il y a longtemps qu’elles auraient fait pénitence dans le sac et la cendre. C’est pourquoi, Je vous le dis, au jour du jugement Tyr et Sidon seront traitées moins rigoureusement que vous ». (Matthieu 11 : 21-22)

Chez les chrétiens : Beaucoup d’entre eux ressemblent à des briques qui, lorsqu’elles sont sorties du four, ne sont pas encore particulièrement dures, mais deviennent de plus en plus dures selon leur exposition au soleil. Premièrement, quand ils tombent dans un péché mortel, leur conscience est éveillée : un sermon, un aimable avertissement leur fait souvent une forte impression. Ils sont inquiets et désirent se débarrasser de ce péché. Mais plus ils persévèrent dans le mal et plus souvent ils rechutent, plus ils deviennent insouciants ; jusqu’à ce qu’ils finissent par aller si loin qu’ils en viennent à détester la vertu et ne trouvent du plaisir que dans le mal. Si quelqu’un les réprimande et essaie de mettre un terme à leur course pécheresse, ils s’en font leur ennemi, l’insultent et le calomnient, et s’ils le pouvaient, ils ne le traiteraient pas mieux que les Juifs ne traitèrent le Christ. Cela est particulièrement vrai pour ceux qui s’éloignent de l’Église et se mettent à adorer ce qu’on appelle le « libéralisme ». Il est évident que ceux-ci deviennent chaque jour plus coupables et condamnables. Le mot que le Christ a dit de son traître Judas s’applique à eux : « Il aurait mieux valu pour cet homme de n’être jamais né » – (Matthieu 26 ; 24).

2/ Dieu abandonne le pécheur incorrigible. Ceci est un juste châtiment.

Nous devons comprendre ceci lorsque nous considérons de quelle manière Dieu pourrait traiter le pécheur incorrigible et comment Il le traite en réalité.

Premièrement : Si un père a un fils dégénéré, lequel, par sa mauvaise conduire, ne lui ramène que honte et amertume, personne ne peut blâmer le père s’il rejette ce fils et le déshérite. Pourtant, nous osons accuser Dieu d’injustice lorsqu’Il retire Sa main et abandonne ceux qui ne cessent de L’offenser et de L’outrager par leurs péchés et leurs vices !

Deuxièmement : Dieu pourrait fort bien abandonner le pécheur immédiatement après son premier péché, comme il a abandonné les anges rebelles dès l’instant où ils ont péché et les a jetés en enfer. Mais, d’une manière générale, Dieu ne traite pas ainsi les hommes. Ils ont péché, non seulement une fois, mais dix, vingt, cent ou mille fois, et plus souvent encore; ils accumulent les péchés sur leur tête, et Dieu a néanmoins de la patience avec eux, et attend de nombreuses années leur conversion. Or, si Dieu, après une longue attente de nombreuses années, se détourne du pécheur et l’abandonne, qui pourra oser qualifier cela de décision injuste ? Quel est l’homme qui serait aussi indulgent avec ceux qui l’offensent, que Dieu ne L’est avec les pécheurs qui l’offensent fréquemment chaque jour?

Troisièmement : De plus, Dieu n’abandonne pas même le plus grand des pécheurs au point de lui retirer toutes Ses grâces. Car, puisque la grâce de Dieu est absolument nécessaire à la conversion, il serait impossible à ce pécheur, si Dieu lui refusait toute grâce, de se convertir et de sauver son âme. Or, si Dieu veut en effet que tous les hommes soient sauvés, même les plus grands pécheurs, il s’ensuit qu’Il leur donne donc suffisamment de grâces. Ces grâces suffisantes ne servent à rien aux hommes endurcis dans le mal; ils ne se convertissent pas, et périssent donc. Et ceci est leur seule et entière faute, car personne, et encore moins un grand pécheur, ne peut exiger que Dieu lui donne des grâces extraordinaires et fasse des miracles pour le sauver de la perdition.

Considérons la conduite du pécheur envers la grâce de Dieu : Si vous entendez parler d’un pauvre malade abandonné, vous êtes plein de compassion pour aller l’aider. Vous lui donnez de la nourriture, car il est affamé, mais voilà qu’il refuse votre nourriture. Vous lui envoyez un médecin, mais voici qu’il repousse aussi le médecin et ses médicaments. Vous lui offrez vos services, mais il vous chasse. Maintenant, je demande : que ferez-vous alors ? Vous l’abandonnerez sans vous reprocher d’avoir manqué de charité envers lui, car il a choisi de rejeter votre aide. Or, de la même façon, et bien pire encore, le pécheur incorrigible agit envers Dieu, Qui lui offre d’innombrables grâces pour son salut, mais les rejette, et pas seulement une fois, mais cent fois, et plus souvent. Dieu lui fait-il du tort s’Il le punit en l’abandonnant ? « Nous aurions guéri Babylone, mais elle n’est pas guérie ; abandonnons-la » – Jérémie 51 ; 9.

Supposons un autre cas. Dans votre charité, vous aidez un pauvre homme, vous lui donnez des vêtements pour couvrir sa nudité. Vous lui donnez de l’argent pour acheter du pain et d’autres choses nécessaires. Mais quel usage fait-il de vos aumônes ? Il vend à la bagatelle les vêtements que vous lui avez donnés et dépense pour s’enivrer l’argent que vous lui avez donné pour acheter du pain. Au lieu de vous remercier, il se moque, vous calomnie, vous insulte et menace même de vous tuer. Je demande à nouveau, allez-vous continuer à soutenir un tel misérable ? Certainement pas. Plein d’indignation, vous retirerez sa main de lui et direz : Il ne recevra jamais un sou de moi, je considérerais comme un péché de lui donner quoi que ce soit, car il abuse de mes avantages et agit de façon ingrate. Or, de nombreux pécheurs agissent ainsi. Ils abusent des grâces que Dieu leur donne pour leur salut. Ils entendent la parole de Dieu seulement pour en rire ou pour critiquer l’orateur. Ils vont à la confession et à la communion – peut-être une fois par an, à Pâques, mais sans résolution de changer leur vie pécheresse, et commettent ainsi un double sacrilège. Les dimanches et jours fériés, ils le passent au service du diable, dans des péchés et des vices de toutes sortes, et vivent ainsi pendant des années. Maintenant, jugez par vous-mêmes : Dieu agit-il injustement quand Il abandonne de tels pécheurs et les livre à la perdition qu’ils ont méritée mille fois ? Oh, sûrement si le Dieu bon et miséricordieux abandonne le pécheur incorrigible, ce n’est rien d’autre qu’une juste punition, comme chaque âme damnée doit l’avouer le jour du jugement : « Vous êtes juste, Seigneur, et votre jugement est droit » – Psaume 118 ; 137.

3/ Dieu abandonne le pécheur incorrigible et ceci est un châtiment universel.

Ceci est prouvé dans le cas des individus : Ainsi David parla à propos d’un pécheur incorrigible, entre autres choses : « Il a aimé la malédiction, et elle tombera sur lui ; il n’a pas voulu de la bénédiction, et elle sera éloignée de lui. Et il s’est revêtu de la malédiction comme d’un vêtement ; elle a pénétré comme l’eau au-dedans de lui, et comme l’huile dans ses os » – Psaume 108 ; 18. Exemples : Caïn. Dieu l’a exhorté à contrôler sa passion et à mettre de côté sa haine envers Abel, mais en vain. Caïn a exécuté son dessein et a tué son frère. Quel est le résultat de ce crime ? Dieu a prononcé Sa malédiction sur lui, et elle est venue sur lui temporellement et éternellement. Judas le traître. Avec quel amour Jésus a-t-Il traité cet apôtre, combien a-t-il travaillé pour le détourner de son dessein méchant. Il lui lava les pieds, l’avertit à plusieurs reprises, lui représenta la grandeur de son péché, lui dit au moment où il Le trahit : « Ami, pourquoi es-tu venu ? Trahis-tu le Fils de l’homme avec un baiser ? » – Matthieu 26 ; 50. Mais quand tout s’est révélé inutile pour lui faire changer d’avis, le Christ l’a laissé à son sort. Quelle a été sa fin ? Il a désespéré d’obtenir le pardon et s’est pendu.

Un jeune homme à la vie dissolue, à Lancaster, en Angleterre, et qui avait jusque-là ignoré toutes saines admonestations, a vu une fois dans un rêve, son père, qui était décédé quelque temps auparavant, et qui maintenant, avec des paroles graves, lui ordonnait de renoncer à sa mauvaise vie. Mais le débauché continua dans ses mauvaises voies. Il fit de nouveau le même rêve, mais cette fois, son père lui dit que le jour de la Saint Martin avait été désigné comme le jour de sa mort et de son jugement. Le jeune raconta son rêve à ses compagnons de débauche et ils en rirent. Il passa le jour de la Saint Martin dans la boisson et la volupté jusque tard dans la nuit. Quand il se réveilla tard le matin de sa noce, il plaisanta encore sur le rêve, mais voici : il devint pâle et fût frappé d’apoplexie, ce qui a immédiatement mis fin à sa vie. Si ce malheureux jeune homme avait consulté l’almanach, il aurait constaté que ce jour était aussi une Saint Martin, car la fête de Martin l’Évêque suit immédiatement celle de Martin, Pape et Martyr. Telle est la fin de tout pécheur incorrigible. Dieu l’abandonne et il est perdu.

Dans des familles et des races entières : « Les fils des impies ne multiplieront pas leurs rameaux ; ils seront comme des racines impures qui s’agitent au sommet d’un rocher » – Ecclésiastique 40 ; 15. Exemple : Achab, qui, à l’exemple de son épouse impie Jezabel, fit lapider Naboth, afin de prendre possession de sa vigne. Le prophète Élie alla lui annoncer qu’il devait périr avec toute sa famille. Et ceci devint réalité. Achab fût mortellement blessé, mourut dans son char et les chiens léchèrent son sang (2 Rois ; 22 – 38). Jezabel, sur les ordres de Jéhu, fut jetée tête la première par une fenêtre, les sabots des chevaux la foulèrent et sa chair fut mangée par des chiens (4 Rois ; 9). Jéhu ordonna également de tuer les soixante-dix fils d’Achab, ainsi que tous ceux qui restaient de la maison d’Achab à Jezrael, et tous les grands, toutes ses connaissances et tous ses prêtres, jusqu’à ce qu’aucun d’eux ne subsiste (4 Rois ; 10). Nous le voyons encore aujourd’hui, combien de familles dans lesquelles il n’y a ni religion, ni de crainte de Dieu, mais seulement l’irréligion, l’injustice, le péché et le vice. Ces familles se désintègrent et s’éteignent finalement.

Dans des royaumes entiers : Josué, le chef des Israélites, conquit trente et un rois, brisa leurs royaumes et extermina leurs habitants (Josué 12). Ensuite, sous les juges et les rois des Israélites, les royaumes voisins furent envahis et beaucoup d’entre eux furent détruits. La cause de leur chute se trouvait dans leur méchanceté. La mesure de leurs péchés était pleine, ils furent donc rejetés par Dieu. Si nous parcourons l’histoire du monde antique, nous y trouvons les grands et puissants royaumes des Assyriens, des Mèdes, des Perses, des Grecs et des Romains, mais tous ces royaumes, qui semblaient fondés pour l’éternité, périrent et sur leurs ruines d’autres surgirent. Tous ces royaumes du monde antique dégénérèrent au cours du temps et s’enfoncèrent dans une mare de vices, et c’est la raison pour laquelle ils ont été abandonnés par Dieu et périrent. La parole du prophète fût ainsi vérifiée : « Seigneur, qui êtes l’attente d’Israël, tous ceux qui vous abandonnent seront confondus ; ceux qui se retirent de vous seront écrits sur la terre, parce qu’ils ont abandonné le Seigneur, la source des eaux vives » – Jérémie 17 ; 13. Une preuve éloquente de la façon dont Dieu rejette des nations entières si celles-ci Le rejettent, nous l’avons dans le cas du peuple juif qui, depuis dix-huit cents ans, est privé de son pays, est dispersé sur toute la terre, et vit sans temple et autel, sans prophètes et rois, sans vérité et sans repentir.

Sur des continents entiers : Le Christ a envoyé Ses apôtres dans toutes les parties du monde, l’Évangile a été prêché partout et les nations se sont rassemblées autour de la bannière de la croix, du lever au coucher du soleil. Voyez comme le christianisme jadis prospéra glorieusement en Asie et en Afrique ! Voyez combien de saints compte l’Église dans ces pays ! Et maintenant, ces deux continents sont en grande partie plongés dans l’obscurité du paganisme et de l’hérésie, et pas seulement dans quelques régions, mais dans des pays entiers, la religion chrétienne s’y est éteinte. Et quel est l’aspect de l’Europe ? La sainte Eglise catholique n’y a-t-elle pas perdu des millions de ses enfants, en partie à cause du schisme grec au 9e siècle, et en partie par la grande défection du 16e siècle ? Même de nos jours, l’enfer n’a-t-il pas envoyé ses émissaires dans toute l’Europe afin d’extirper le christianisme et de construire une tour de Babel d’incrédulité et de vice ? À moins que les nations d’Europe ne renoncent à leur mentalité mondaine et ne deviennent plus zélées dans les affaires du salut, il est à craindre que Dieu ne les abandonne et qu’elles ne perdent entièrement la grâce de la foi.

Conclusion

Ainsi, vous voyez que si l’homme continue sa mauvaise course et que s’il ne change pas sa vie par des avertissements et des avantages, par des corrections et des punitions, Dieu l’abandonne et le livre à la perdition. C’est une punition terrible, juste et universelle. Une punition terrible ; car bien que le pécheur que Dieu a abandonné ait la possibilité de se convertir, il ne le fait pas ; il s’enfonce de plus en plus profondément dans le vice, et de plus en plus, il enflamme la colère de Dieu sur sa tête exécrable. C’est une punition juste, car, en raison de son impénitence continue et de l’abus répété de la grâce de Dieu, un tel pécheur ne mérite rien d’autre que Dieu l’abandonne. C’est une punition universelle que Dieu a infligée, et inflige toujours, à des individus, des familles, des races et des royaumes et des continents entiers. Réfléchissons à cette grave vérité et gardons-nous de susciter la colère de Dieu et, pour ainsi dire, de Le contraindre à nous abandonner. Si nous avons péché, faisons sans délai une vraie pénitence et employons la saison sainte du Carême pour notre réconciliation avec Dieu, afin qu’elle devienne pour nous un temps de salut. Amen.

Père Johann Evangelist Zollner, Sermon sur le Dimanche de la Passion, in The Pulpit Orator, 1884.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s