Père Frederick Faber : Le bon, le mauvais et l’Antéchrist

Nous devons nous rappeler que si tous les hommes manifestement bons étaient d’un côté et tous les hommes manifestement mauvais de l’autre, il n’y aurait aucun danger pour quiconque, au moins pour tous les élus, d’être trompé par des merveilles mensongères. Ce sont des hommes bons, bons jadis, nous devons les espérer bons encore, qui doivent faire le travail de l’Antéchrist et si tristement crucifier à nouveau le Seigneur. Gardez à l’esprit cette caractéristique des derniers jours, que cette tromperie découle du fait que des hommes bons sont du mauvais côté.

Père Frederick Faber, sermon pour le dimanche de Pentecôte 1861

Frederick William Faber (né le 28 juin 1814 à Calverley, Yorkshire – mort le 26 septembre 1863 à Londres), fût un prêtre et théologien britannique, converti au catholicisme ; il est devenu membre de la congrégation de l’Oratoire. Il est le fondateur de l’Oratoire de Londres (« Brompton Oratory »).

Une réflexion sur “Père Frederick Faber : Le bon, le mauvais et l’Antéchrist

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s