Preuves de la vacance du siège apostolique depuis Vatican 2

Ce qui suit est une démonstration systématique cherchant à démontrer par la théologie dogmatique et le droit canon, que le siège apostolique de l’Eglise catholique est vacant depuis la révolution moderniste de Vatican 2. Ce document vise avant tout à démontrer que les individus qui ont prétendu être les vicaires du Christ depuis Octobre 1958 ou au moins depuis la promulgation définitive du concile de Vatican 2, ne pouvaient en aucune manière être de vrais papes catholiques, en raison des hérésies qu’ils ont enseigné et des nombreux actes d’apostasie publique dont ils se sont rendus coupables, de façon manifeste, publique, pertinace et formelle. Voici le principe général de la présente démonstration :

1/ Tout catholique doit être soumis au souverain pontife.

2/ Le souverain pontife, exerçant l’office papal, c’est-à-dire « remplissant sa charge de pasteur et de docteur de tous les chrétiens » ne peut en aucun cas enseigner une hérésie, car le Magistère est infaillible en matière de foi et de mœurs et l’Eglise est indéfectible : les portes de l’enfer, c’est-à-dire l’hérésie, ne peuvent en aucune manière prévaloir sur elle.

3/ Paul VI, Jean-Paul II, Benoît XVI et François ont de façon certaine enseigné et promulgué des hérésies et des erreurs contre la Foi dans leur magistère. Certains ajoutent Jean XXIII à cette liste.

4/ Ils sont donc des hérétiques publics, pertinaces et formels. Ils ne peuvent donc pas détenir l’autorité pontificale. Ce ne sont pas de vrais Papes, mais des imposteurs.

5/ La religion issue du concile Vatican 2 n’est pas la religion catholique. L’entité et la hiérarchie issues de Vatican 2 ne sont pas les autorités légitimes de l’Eglise catholique.

6/ La foi nous commande de rejeter les enseignements de Paul VI, Jean-Paul II, Benoît XVI et François et de tenir ces individus comme des imposteurs.

Ce document s’adresse avant tout aux catholiques qui, sans nécessairement adhérer au constat sédévacantiste, voient bien que les documents de Vatican 2, ainsi que le magistère conciliaire, pose un certain nombre de problèmes d’ordre doctrinal.

Nous ne nous attacherons pas ici à exposer en détail les hérésies et erreurs de Vatican 2 et du magistère de ses « papes », ni à exposer les problèmes des rites et liturgies mises en place par Paul VI. Nous ne nous attachons pas non plus ici à démontrer dans le détail, que cette situation exceptionnelle est prophétisée par l’Ecriture Sainte, selon le témoignage unanime des Pères, des Docteurs et des théologiens exégètes. Ces preuves seront détaillées dans un autre document.

Par cette démonstration systématique ici présente, nous partons du principe que la plupart des lecteurs considèrent déjà, plus ou moins ouvertement, les doctrines, la liturgie et le magistère des « papes » de Vatican 2 comme problématiques, douteux, voire érronés.

En laissant parler le Magistère, les docteurs et les grands théologiens de l’Eglise catholique, nous entendons démontrer que les « papes » de Vatican 2 ne peuvent pas être considérés comme les chefs de l’Eglise catholique, et que l’entité qu’ils dirigent, ne peut en aucune manière être la Sainte Eglise catholique.

Certains qualifient notre position du nom de « sédévacantisme ». Nous utilisons parfois ce terme par facilité de langage, mais nous ne nous en revendiquons pas. Nous sommes catholiques, et rien d’autre que catholiques. Le « sédévacantisme » n’est pas une idéologie, ni une nouvelle religion, ni une nouvelle doctrine. Ce que certains appellent « sédévacantisme », n’est rien d’autre que l’application réaliste de la théologie dogmatique et du droit canon dans la situation qui est la nôtre, c’est-à-dire la situation des catholiques depuis la terrible révolution moderniste de Vatican 2.

En cliquant sur ce lien, vous aurez accès à nos 25 réfutations systématiques des principales objections contre le constat de la vacance du siège.


Avant de réfuter toutes les objections contre le constat de la vacance du siège apostolique, commençons par ces dix rappels doctrinaux essentiels à tout catholique :

Rappel n°1 : Le Pape est le pasteur suprême de l’Eglise Universelle par droit divin

Après qu’ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : Simon, fils de Jean, m’aimes-tu plus que ceux-ci ? Il lui répondit : Oui, Seigneur, vous savez que je vous aime. Jésus lui dit : Pais mes agneaux. Il lui dit de nouveau : Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? Pierre lui répondit : Oui, Seigneur, vous savez que je vous aime. Jésus lui dit : Pais mes agneaux. Il lui dit pour la troisième fois : Simon fils de Jean, m’aimes-tu ? Pierre fut attristé de ce qu’il lui avait dit pour la troisième fois : M’aimes-tu ? Et il lui répondit : Seigneur, vous savez toutes choses ; vous savez que je vous aime. Jésus lui dit : Pais mes brebis.Jean 21 ; 15-17

Nous enseignons donc et nous déclarons, suivant les témoignages de l’Évangile, que la primauté de juridiction sur toute l’Église de Dieu a été promise et donnée immédiatement et directement au bienheureux Apôtre Pierre par le Christ notre Seigneur. C’est, en effet, au seul Simon, auquel il avait déjà été dit :  « Tu t’appelleras Céphas  » [Jn 1,42], après que celui-ci L’avait confessé en ces termes :  « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant », que le Seigneur adressa ces paroles solennelles :  « Bienheureux es-tu, Simon, fils de Jonas, car ce n’est ni la chair ni le sang qui te l’ont révélé, mais Mon Père qui est dans les cieux ; et Moi, Je te dis que tu es Pierre et que sur cette pierre Je bâtirai Mon Église, et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle. Et tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans le ciel  » [Mt 16, 16 sv.]. Et c’est au seul Simon Pierre que Jésus, après Sa Résurrection, conféra la juridiction de souverain pasteur et de chef suprême sur tout Son troupeau en disant : « Pais Mes agneaux, pais Mes brebis  » [Jn 21,15 sv.]. Pape Pie IX, Concile du Vatican, Constitution Pastor Aeternus, Chapitre 1

Si donc quelqu’un dit que ce n’est pas par l’institution du Christ ou de droit divin que le bienheureux Pierre a des successeurs dans sa primauté sur l’Église universelle, ou que le Pontife romain n’est pas le successeur du bienheureux Pierre en cette primauté, qu’il soit anathème. Si donc quelqu’un dit que le Pontife romain n’a qu’une charge d’inspection ou de direction et non un pouvoir plénier et souverain de juridiction sur toute l’Église, non seulement en ce qui touche à la foi et aux mœurs, mais encore en ce qui touche à la discipline et au gouvernement de l’Église répandue dans le monde entier, ou qu’il n’a qu’une part plus importante et non la plénitude totale de ce pouvoir suprême ; ou que son pouvoir n’est pas ordinaire ni immédiat sur toutes et chacune des églises comme sur tous et chacun des pasteurs et des fidèles, qu’il soit anathème.Pape Pie IX, Concile du Vatican, Constitution Pastor Aeternus, chapitres 3 et 4

Le concile du Vatican, en proclamant la souveraineté du Pape, a déclaré par là même quelle est la constitution de l’Eglise ou sa forme gouvernementale.  Cette constitution est simple et admirable, comme toutes les œuvres de Dieu. L’unité devant être un des caractères distinctifs de la société des croyants, Jésus-Christ a voulu assurer cette unité au moyen de l’unité de gouvernement, personnifié dans l’unité de chef. De tous les régimes, en effet, le régime d’un  seul étant, sans contredit, le plus apte à maintenir  l’unité dans une société quelconque, Notre-Seigneur a préféré pour son Eglise la forme monarchique aux autres formes de gouvernement. Tant qu’il est resté sur cette terre, le Christ a été le chef unique, le monarque visible, comme homme, et invisible, comme Dieu, de l’Eglise fondée par lui. Depuis sa glorieuse ascension, il n’a pas cessé d’en être le roi invisible et de verser sur elle ses célestes influences; mais en emportant au ciel sa chair glorifiée, il a dû laisser à sa place quelqu’un qui tînt les rênes du gouvernement visible de la société chrétienne. Ce quelqu’un, qui est son lieutenant, son vicaire, c’est le Pape, fondement, tête et centre de l’Eglise. Le Pape est donc le dépositaire visible de la puissance spirituelle du Christ : c’est lui que le divin Sauveur a établi, dans la personne de saint Pierre, le fondement, la base, la pierre angulaire de la société des croyants; c’est à lui que Notre-Seigneur a donné les clefs de son royaume, c’est-à-dire la souveraine puissance; c’est lui qu’il a établi le pasteur suprême de son troupeau. (…) Ce qui revient à dire que la puissance ecclésiastique se trouve à son plus haut degré concentrée dans les mains du souverain Pontife…monarque suprême et n’ayant ni égal, ni associé dans sa souveraineté (…) Le Pape donc est le suprême monarque de l’Eglise, investi par Dieu du droit de la gouverner d’une façon souveraine et indépendante de qui que ce soit ici-bas. – Mgr. Sauvé, Le Pape, Son Autorité suprême – Son Magistère infaillible, 1890, pp. 4-6


Rappel n°2 : Le Magistère de l’Eglise est infaillible, le Pape, dans l’exercice de son office pontifical, ne peut en aucune manière enseigner l’erreur en matière de foi et de mœurs.

Jésus leur dit : Et vous, qui dites-vous que Je suis ? Simon Pierre, prenant la parole, dit : Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant. Jésus lui répondit : Tu es bienheureux, Simon, fils de Jonas, parce que ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais Mon Père qui est dans les Cieux. Et Moi, Je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre Je bâtirai Mon église, et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle. Et Je te donnerai les clefs du royaume des Cieux ; et tout ce que tu lieras sur la terre sera lié aussi dans les Cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié aussi dans les Cieux.Matthieu 16 ; 15-19

Car le Saint Esprit n’a pas été promis aux successeurs de Pierre pour qu’ils fassent connaître, sous sa révélation, une nouvelle doctrine, mais pour qu’avec son assistance ils gardent saintement et exposent fidèlement la révélation transmise par les Apôtres, c’est-à-dire le dépôt de la foi. Leur doctrine apostolique a été reçue par tous les Pères vénérés, révérée et suivie par les saints docteurs orthodoxes. Ils savaient parfaitement que ce siège de Pierre demeurait pur de toute erreur, aux termes de la promesse divine de notre Seigneur et Sauveur au chef de ses disciples : « J’ai prié pour toi, pour que ta foi ne défaille pas ; et quand tu seras revenu, affermis tes frères  » [Lc 22, 32]. Le Pontife romain, lorsqu’il parle ex cathedra, c’est-à-dire lorsque, remplissant sa charge de pasteur et de docteur de tous les chrétiens, il définit, en vertu de sa suprême autorité apostolique, qu’une doctrine sur la foi ou les mœurs doit être tenue par toute l’Église, jouit, par l’assistance divine à lui promise en la personne de saint Pierre, de cette infaillibilité dont le divin Rédempteur a voulu que fût pourvue son Église, lorsqu’elle définit la doctrine sur la foi et les mœurs. Par conséquent, ces définitions du Pontife romain sont irréformables par elles-mêmes et non en vertu du consentement de l’Église. Si quelqu’un, ce qu’à Dieu ne plaise, avait la présomption de contredire notre définition, qu’il soit anathème.Pape Pie IX, Concile de Vatican, Constitution Pastor Aeternus, chapitre 4

Mais, pour la foi et la règle des mœurs, Dieu a fait participer l’Eglise à son divin magistère et lui a accordé le divin privilège de ne point connaître l’erreur. C’est pourquoi elle est la grande, la sûre maîtresse des hommes et porte en elle un inviolable droit à la liberté d’enseigner. – Pape Léon XIII, Libertas Praestantissimum

Telle a été toujours la coutume de l’Eglise, appuyée par le jugement unanime des saints Pères, lesquels ont toujours regardé comme exclu de la communion catholique et hors de l’Eglise quiconque se sépare le moins du monde de la doctrine enseignée par le magistère authentique. – Pape Léon XIII, Satis Cognitum

S’il est, en effet, une conclusion à tirer du magistère de l’Église, c’est, à coup sûr, que nul ne doit chercher à s’en écarter et que, au contraire, tous doivent s’appliquer à s’en inspirer toujours et à s’y soumettre, de manière à se préserver plus facilement de toute erreur de leur sens propre.Pape Léon XIII, Testem Benevolentiæ Nostræ

Les chrétiens reçoivent de l’Eglise la règle de leur foi ; ils savent avec certitude qu’en obéissant à son autorité et en se laissant guider par elle, ils seront mis en possession de la vérité. – Pape Léon XIII, Sapientiae Christianae

Il ne suffirait même pas de donner un sincère et ferme assentiment aux doctrines qui, sans avoir été jamais définies par aucun jugement solennel de l’Église, sont cependant proposées à notre foi, par son magistère ordinaire et universel, comme étant divinement révélées, et qui, d’après le concile du Vatican, doivent être crues de foi catholique et divine. Il faut, en outre, que les chrétiens considèrent comme un devoir de se laisser régir, gouverner et guider par l’autorité des évêques, et surtout par celle du Siège apostolique. – Pape Léon XIII, Sapientiae Christianae, n°34

Et l’on ne doit pas penser que ce qui est proposé dans les lettres Encycliques n’exige pas de soi l’assentiment, sous le prétexte que les Papes n’y exerceraient pas le pouvoir suprême de leur magistère. C’est bien, en effet, du magistère ordinaire que relève cet enseignement et pour ce magistère vaut aussi la parole : « Qui vous écoute, m’écoute… »Pape Pie XII, Humani Generis


Rappel n°3 : L’infaillibilité du Magistère est intimement liée à l’indéfectibilité de l’Eglise. Ni le pape, ni donc l’Eglise, ne peuvent enseigner l’hérésie ou proposer quoi que ce soit de néfaste ou d’impie aux fidèles.

Tous ces points étant établis avec toute la précision possible, gardant en mémoire les promesses faites au sujet de la sainte Église et celui qui a dit [Jésus-Christ] que les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle, c’est-à-dire les langues mortifères des hérétiques, gardant à l’esprit ce qui fut prophétisé de l’Eglise par le prophète Osée : « Je te fiancerai à Moi dans la fidélité, et tu connaîtras Yahweh »  (Osée 2 ; 20), et nous incluons avec le diable, père du mensonge, les paroles effrénées des hérétiques et leurs écrits monstrueusement impies, ainsi que leurs personnes, demeurées jusqu’à la mort dans leur impiété. Pape Vigile, Condamnation des Trois Chapitres, 2e Concile de Constantinople

Nous vénérons cette Eglise comme étant unique, car le Seigneur dit par la bouche du prophète : « Dieu, délivre Mon âme de l’épée, et de la patte du chien, Mon unique » (Psaume 21 ; 21). Car Il a prié à la fois pour l’âme, c’est-à-dire pour Lui-Même, Tête et Corps. Et ce Corps, c’est-à-dire l’Eglise, Il l’a appelé l’Unique, à cause de l’unité de l’Époux, de la foi, des sacrements et de la charité de l’Eglise. Elle est la Tunique du Seigneur, cette «tunique sans couture» (Jean 19 ; 23-24) du Seigneur, laquelle n’a pas été déchirée, mais tirée au sort. Pape Boniface VIII, Unam Sanctam

La sainte Église édifiée sur la pierre qui est le Christ, et sur Pierre ou Cephas, fils de Jean auparavant appelé Simon, parce qu’elle ne sera jamais vaincue par les portes de l’enfer, c’est-à-dire, par les disputes des hérétiques qui conduisent le vaniteux à la ruine. – Pape Saint Léon IX, In Terra Pax Hominibus

En effet, s’il y a une conclusion à tirer du magistère de l’Église, c’est, à coup sûr, que nul ne doit chercher à s’en écarter et que, au contraire, tous doivent s’appliquer à s’en inspirer toujours et à s’y soumettre, de manière à se préserver plus facilement de toute erreur de leur sens propre.Pape Léon XIII, Testem Benevolentiæ Nostræ

Les chrétiens reçoivent de l’Eglise la règle de leur foi ; ils savent avec certitude qu’en obéissant à son autorité et en se laissant guider par elle, ils seront mis en possession de la vérité. – Pape Léon XIII, Sapientiae Christianae

Et d’abord, elle appartient d’une manière suréminente à l’Église à deux titres d’ordre surnaturel, que Dieu lui a conférés à elle exclusivement, et qui sont pour ce motif absolument supérieurs à tout autre titre d’ordre naturel. Le premier titre se trouve dans la mission expresse et l’autorité suprême du magistère que son divin Fondateur lui a données : Toute puissance m’a été donnée dans le ciel et sur la terre. Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit; leur apprenant à garder tout ce que je vous ai commandé; et voici que je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la consommation des siècles. A ce magistère le Christ a conféré l’infaillibilité en même temps qu’il donnait à l’Église la mission d’enseigner sa doctrine. Il en résulte que celle-ci « a été établie par son divin Auteur comme la colonne et le fondement de la vérité pour enseigner à tous les hommes la foi divine, pour en conserver entier et inviolé le dépôt qui lui a été confié, pour conduire et conformer les hommes, leurs mutuelles relations et leurs actions, à l’honnêteté des mœurs et à l’intégrité de la vie selon la règle de la doctrine révélée ». Le second titre est la maternité surnaturelle par laquelle l’Église, Épouse immaculée du Christ, engendre, nourrit et élève les âmes dans la vie divine de la grâce par ses sacrements et son enseignement. C’est pourquoi saint Augustin affirme à bon droit que « celui-là n’aura pas Dieu pour Père qui aura refusé d’avoir l’Église pour Mère ».Pape Pie XI, Divini Illius Magistri

Nous sommes certains que la doctrine chrétienne que nous recevons de l’Église catholique est la vraie, parce que Jésus-Christ, auteur divin de cette doctrine, l’a confiée par Ses Apôtres à l’Église qu’Il fondait et constituait maîtresse infaillible de tous les hommes, lui promettant Son assistance divine jusqu’à la fin des siècles. L’Église ne peut pas se tromper parce que, selon la promesse de Jésus-Christ, elle est toujours assistée par le Saint Esprit. – Catéchisme de Saint Pie X

D’après cette promesse (Tu es Petrus), l’Église apostolique de Pierre ne contracte aucune souillure de toutes les séductions de l’hérésie. – Saint Cyrille d’Alexandrie, cité in Saint Thomas d’Aquin, Chaîne d’or sur Matthieu 16, 18

À Pierre, le Père manifeste son propre Fils, et c’est pour cela qu’il est appelé bienheureux. Pierre à son tour manifeste le Saint-Esprit [dans son discours aux juifs, le jour de la Pentecôte], ainsi qu’il convenait à celui qui était le premier entre les apôtres, à celui qui était la pierre inébranlable sur laquelle l’Église de Dieu est fondée, et contre laquelle les portes de l’enfer ne prévaudront pas. Par ces portes de l’enfer il faut entendre les hérésies et les auteurs, des hérésies. En toutes manières, la foi est fondée solidement en lui : il a reçu les clefs du ciel, il délie et lie sur la terre et au ciel. En lui, se résolvent les questions de la foi les plus ardues.Saint Epiphane, Anchoratus, chapitre 9

Et la raison de ceci n’est pas à chercher au loin. Elle se prend en effet immédiatement de la promesse et de la providence infaillibles du Christ : Les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre Elle. Ce serait en effet la même chose, pour l’Église, d’adhérer à un faux Pontife que d’adhérer à une fausse règle de foi puisque le Pape est la règle vivante que l’Église doit suivre en croyant, et de fait suit toujours. Dieu (…) ne peut permettre que toute l’Église admette comme pontife celui qui ne l’est pas vraiment et légitimement. – Cardinal Billot, De Ecclesia Christi, Éd. 5a, p. 635

Toutes les facettes du pouvoir doivent être subordonnées à une tête, et cette tête c’est le pape. L’église se confond avec son chef le pape, il dispose et ordonne toute l’Eglise en lui, c’est lui qui possède le pouvoir spirituel qui par nature surpasse toute autre forme de puissance. Dans le gouvernement de l’univers tout ce qui est corporel est gouverné par le spirituel. Une des conséquences de cette supériorité universelle du pape est qu’il n’existe aucun titre de juste possession, ni pour les biens temporels, ni pour les biens laïques, ni pour quoi que ce soit, sinon sous l’autorité de l’église et par l’église. Il n’est aucun domaine où la domination de l’Eglise ne soit légitime, qu’il s’agisse de la propriété ou de la juridiction. L’Eglise est souveraine des deux domaines, le domaine temporel où domine le pouvoir terrestre est soumis nécessairement à la souveraineté du pouvoir ecclésiastique. – Gilles de Rome, De Ecclesiastica Potestate


Rappel n°4 : l’indéfectibilité de la foi du successeur de Saint Pierre est essentielle à l’exercice de l’office papal. Le pape légitime doit nécessairement être catholique, professer, défendre et enseigner la foi catholique.

Le Seigneur dit encore : Simon, Simon, voici que Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment ; mais J’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas ; et toi, lorsque tu seras converti, affermis tes frères. – Luc 22 ; 31-32

Le Saint Esprit n’a pas été promis aux successeurs de Pierre pour qu’ils fassent connaître, sous sa révélation, une nouvelle doctrine, mais pour qu’avec son assistance ils gardent saintement et exposent fidèlement la révélation transmise par les Apôtres, c’est-à-dire le dépôt de la foi. Leur doctrine apostolique a été reçue par tous les Pères vénérés, révérée et suivie par les saints docteurs orthodoxes. Ils savaient parfaitement que ce siège de Pierre demeurait pur de toute erreur, aux termes de la promesse divine de notre Seigneur et Sauveur au chef de ses disciples : « J’ai prié pour toi, pour que ta foi ne défaille pas ; et quand tu seras revenu, affermis tes frères » [Lc 22, 32]. Ce charisme de vérité et de foi à jamais indéfectible a été accordé par Dieu à Pierre et à ses successeurs en cette chaire, afin qu’ils remplissent leur haute charge pour le salut de tous, afin que le troupeau universel du Christ, écarté des nourritures empoisonnées de l’erreur, soit nourri de l’aliment de la doctrine céleste, afin que, toute occasion de schisme étant supprimée, l’Église soit conservée tout entière dans l’unité et qu’établie sur son fondement elle tienne ferme contre les portes de l’enfer.Pape Pie XI, Concile de Vatican, Constitution Pastor Aeternus, chapitre 4

Le Fils de Dieu lui-même témoigne que par ses prières il a obtenu du Père l’accomplissement de cette promesse au Père, car il a dit à Pierre : « Simon, Simon, vois que Satan est après toi (…) mais j’ai prié pour toi dans l’ordre afin que ta foi ne périsse pas » (Luc XXII, 31-32) Y aura-t-il donc quelqu’un de si insensé qu’il ose penser que la prière de celui dont la volonté est le pouvoir de faire manque d’effet ? N’est-ce pas pour le siège du prince des apôtres, à savoir pour cette église romaine, à la fois pour ce même Pierre et pour ses successeurs, que toutes les inventions des hérétiques sont condamnées, exposées et défaites ? Les cœurs des frères ne sont-ils pas renforcés dans la foi de Pierre qui n’a pas échoué jusqu’à présent ni ne va échouer jusqu’à la fin des temps ?Pape Saint Léon IX, In Terra Pax Hominibus

Il importe, en effet, que celui dont la foi ne saurait défaillir guérisse les blessures faites à la foi. – Pape Pie IX, Ad Apostolicae

Et parce qu’il est nécessaire que tous les chrétiens soient liés entre eux par la communauté d’une foi immuable, c’est pour cela que par la vertu de Ses prières, Jésus-Christ Notre-Seigneur a obtenu à Pierre que, dans l’exercice de son pouvoir, sa foi ne défaillît jamais. « J’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point » (Luc, XXII, 32). Et Il a ordonné, en outre, toutes les fois que les circonstances le demanderaient, de communiquer lui-même à ses frères la lumière et l’énergie de son âme : « Confirme tes frères » (Ibid). Celui donc qu’Il avait désigné comme le fondement de l’Église, Il veut qu’il soit la colonne de la foi. « Puisque de Sa propre autorité Il lui donnait le royaume, ne pouvait-il pas affermir sa foi, d’autant que, en l’appelant Pierre, Il le désignait comme le fondement qui devait affermir l’Église ? » (St. Ambrosius de Fide, IV, n. 56).Pape Léon XIII, Satis Cognitum

Le pape a les promesses divines; même dans sa faiblesse humaine, il est invincible et inébranlable; annonceur de la vérité et de la justice, principe de l’unité de l’Église, sa voix dénonce les erreurs, les idolâtries, les superstitions, condamne les iniquités, fait aimer la charité et les vertus. – Pape Pie XII, Ancora una volta

Saint Agathon, dans une lettre à l’empereur Constantin, approuvée par le sixième synode de Constantinople, après les mots « Mais j’ai prié pour vous (…) » a écrit : « Ici, le Seigneur a promis que la foi de Pierre ne s’en irait pas échouer, ce que tout le monde sait que les pontifes prédécesseurs de ma petitesse ont toujours fait ». Saint Léon le Grand a également écrit dans sa lettre à Pierre d’Antioche : « Il est sans doute le seul pour qui, afin que sa foi ne manque pas, le Seigneur et le Sauveur prétend avoir prié en disant : « J’ai prié pour vous (…) » Cette prière vénérable et efficace a obtenu que désormais la foi de Pierre ne soit pas un échec, et on ne croit pas non plus qu’il échouera sur son trône. » Pour cette raison, Innocent III écrivit alors : « Celui qui sait que le Seigneur a prié pour que la foi de Pierre ne manque pas, sache que les causes les plus importantes de l’Église, en particulier celles concernant les articles de foi, doivent provenir de son regard. – Saint Alphonse de Liguori, Vindiciae pro suprema romani pontificis auctoritate


Rappel n°5 : Hérétiques, schismatiques et apostats publics ne sont pas membres de l’Eglise

Par le cœur, nous croyons et nous confessons de bouche, non pas une église des hérétiques, mais l’Église Sainte, romaine, catholique et apostolique en dehors de laquelle nous croyons qu’aucun n’est sauvé. –  Pape Innocent III, Eius Exemplo

La pratique de l’Eglise a toujours été la même, comme le montre l’enseignement unanime des Pères, qui avaient coutume de tenir à l’extérieur de la communion catholique et étranger à l’Église, celui qui s’éloignerait le moins du monde de n’importe quel point de la doctrine proposée par l’autorité de son Magistère. –  Pape Léon XIII, Satis Cognitum

Ce n’est pas celui qui ne croit pas seulement en toutes ces hérésies qui peut pour cette raison se considérer ou même être appelé catholique. Car il peut y avoir ou se présenter d’autres hérésies qui ne sont pas énoncées dans ce travail qui est le Nôtre, et, le cas échéant, s’il s’en tient à une seule d’entre elles, il n’est pas catholique.Pape Léon XIII, Satis Cognitum

Ce n’est pas tout péché, si grave soit-il, qui, comme de sa propre nature, amène un homme à rompre du corps de l’Eglise, comme le fait le schisme, l’hérésie ou l’apostasie. Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi


Rappel n°6 : un hérétique ne peut donc pas être la tête d’un corps duquel il est étranger

Personne, donc, sauf en communion avec Pierre, ne peut partager son autorité, car il est absurde d’imaginer que celui qui est à l’extérieur puisse commander dans l’Église. – Pape Léon XIII, Satis Cognitum

La raison en est qu’il ne peut pas être la tête de ce dont il n’est pas un membre ; or celui qui n’est pas chrétien n’est pas membre de l’Église, et un hérétique manifeste n’est pas un chrétien, comme l’enseignent clairement St Cyprien (lib. 4, Epist. 2), St. Athanase (Scr. 2 cont. Arian.), St. Augustin (Lib. De Grat. Christ. cap. 20), St. Jérôme (contra Lucifer) et d’autres ; par conséquent l’hérétique manifeste ne peut pas être pape. – Saint Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, Livre 2, Chapitre 30

La thèse d’un pape hérétique ne se conçoit même pas. En effet, le pontife romain n’est pas un simple particulier, dont la croyance puisse être affaire purement personnelle : il représente l’Eglise en général, dont il est le chef. Or, l’Eglise, dans son ensemble, ne peut perdre la foi ; elle ne peut donc pas, par conséquent, faire corps avec une tête qui l’aurait perdue. Au moment même où il devient hérétique, le pape cesse nécessairement de représenter l’Eglise, il cesse d’être pape. – Pierre Olieu, cité in Mgr. Victor Martin, Revue des Sciences Religieuses, 1937, tome 17, fascicule 2, pp. 129-130

Election à l’office du siège apostolique : Concernant ce qui est requis par loi divine pour cette élection…Il est requis pour que l’élection soit valide, que la personne élue soit membre de l’Eglise. Ainsi, les hérétiques et les apostats publics en sont exclus. – Père Mattheus Conte a Coronata, Institutiones Iuris Canonici, 1950


Rappel n°7 : un hérétique public ne peut donc pas être pape

Et, puisque là où le danger s’étend, là aussi il devient plus profond, il faut y veiller avec plus de diligence de telle sorte que des pseudo-prophètes ou des hommes revêtus d’une juridiction séculière ne puissent prendre misérablement dans leurs actes les âmes des gens simples, entraîner avec eux à la perdition et à la damnation éternelle des peuples innombrables soumis à leur soin et à leur autorité, soit spirituelle, soit temporelle. Et, pour que nous puissions ne jamais voir dans le lieu Saint l’abomination de la désolation prédite par le Prophète Daniel, nous voulons autant que nous le pourrons avec l’aide de Dieu et selon notre charge pastorale, capturer les renards occupés à saccager la vigne du Seigneur et écarter les loups des bergeries, afin de ne pas sembler être comme les chiens muets, impuissants à aboyer, pour ne pas nous perdre avec les mauvais serviteurs et ne pas être assimilé à un mercenaire. De plus, par Notre présente Constitution, qui doit rester valide à perpétuité, Nous adoptons, déterminons par un décret et définissons que si jamais un jour il apparaissait qu’un évêque, faisant même fonction d’archevêque, de patriarche ou de primat ; qu’un cardinal de l’Église Romaine, même légat ; qu’un souverain pontife lui-même, avant sa promotion et élévation au cardinalat ou au souverain pontificat, déviant de la foi catholique, est tombé en quelque hérésie, sa promotion ou élévation, même si elle a eu lieu dans la concorde et avec l’assentiment unanime de tous les cardinaux, est nulle, sans valeur, non avenue. Son entrée en charge, consécration, gouvernement, administration, tout devra être tenu pour illégitime. – Pape Paul IV, Cum ex Apostolatus Officio, n°1, n°6


Rappel n°8 : un hérétique public ne peut donc pas être pape et ne jouit donc d’aucune sorte de pouvoir de juridiction lié à l’office papal qu’il ne détient pas.

S’il s’agit du souverain Pontife, on ne pourra prétendre que son intronisation, adoration (agenouillement devant lui), l’obéissance à lui jurée, le cours d’une durée quelle qu’elle soit (de son règne), que tout cela a convalidé ou peut convalidé son pontificat ; celui-ci ne peut être tenu pour légitime jamais et en aucun de ses actes. De tels hommes, promus évêques, archevêques, patriarches, primats, cardinaux ou souverain pontife, ne peuvent être censés avoir reçu ou pouvoir recevoir aucun droit d’administration, ni dans le domaine spirituel, ni dans le domaine temporel. Tous leurs dits, faits, et gestes, leur administration et tous ses effets, tout est dénué de valeur et ne confère, par conséquent, aucune autorité, aucun droit à personne. Ces hommes ainsi promus seront donc, sans besoin d’aucune déclaration ultérieure, privés de toute dignité, place, honneur, titre, autorité, fonction et pouvoir, même si tous et chacun de ces hommes n’a dévié de la foi catholique, tombant dans le schisme ou l’hérésie, qu’après son élection, soit en suscitant soit en embrassant ces erreurs. Quand aux personnes assujetties au Pontife, aussi bien clercs séculiers et réguliers que laïcs, cardinaux y compris, qui auraient participé à l’élection du Pontife Romain déjà hors de la foi catholique, par hérésie ou schisme, ou qui y consentiraient de quelque autre manière, qui lui auraient promis obéissance, qui se seraient agenouillées devant lui…etc. de même quiconque se lierait à de telles personnes par hommage, serment ou caution, au lieu de renoncer en tout temps à leur obéir, les servir impunément, de les éviter comme des magiciens, des païens et des publicains et hérésiarques, toutes ses personnes assujetties, si elles prétendent néanmoins rester attachées fidèles et obéissantes… toutes ces personnes seront soumises au châtiment des censures et des peines qui frappent les gens qui déchirent la tunique du Seigneur.Pape Paul IV, Cum ex Apostolatus Officio, n°7

Quant au pouvoir de juridiction, il est conféré par simple investiture humaine. Ce pouvoir ne demeure pas immuable. Et il ne subsiste pas chez les schismatiques et les hérétiques. C’est pourquoi ils ne peuvent ni absoudre, ni excommunier, ni donner des indulgences, ni faire quelque chose de ce genre ; s’ils le font, rien ne se produit. – Saint Thomas d’Aquin, Summa, Secunda secundae, question 39, article 3


Rappel n°9 : Les docteurs de l’Eglise enseignent qu’un hérétique ne peut être élu pape et qu’un pape hérétique perd automatiquement son office par loi divine.

Car, en premier lieu, il est prouvé avec des arguments d’autorité et de raison que l’hérétique manifeste est ipso facto déposé. L’argument d’autorité se fonde sur saint Paul (Tite 3:10), qui stipule que l’hérétique doit être évité après deux avertissements, c’est-à-dire, après s’être montré manifestement obstiné — ce qui signifie avant toute excommunication ou sentence judiciaire. Et c’est ce qu’écrit saint Jérôme, ajoutant que les autres pécheurs sont exclus de l’Église par sentence d’excommunication, mais les hérétiques s’exilent et se séparent eux-mêmes, par leur propre acte, du corps du Christ. Ce principe est très certain. Le non-chrétien ne peut en aucun cas être pape, comme l’admet lui-même Cajetan (ib. c. 26). La raison en est qu’il ne peut pas être la tête de ce dont il n’est pas un membre ; or celui qui n’est pas chrétien n’est pas membre de l’Église, et un hérétique manifeste n’est pas un chrétien, comme l’enseignent clairement St Cyprien (lib. 4, Epist. 2), St. Athanase (Scr. 2 cont. Arian.), St. Augustin (Lib. De Grat. Christ. cap. 20), St. Jérôme (contra Lucifer) et d’autres ; par conséquent l’hérétique manifeste ne peut pas être pape. – Saint Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, Livre 2, Chapitre 30

Dans le cas où le pape deviendrait hérétique, il se trouverait lui-même, par le fait même et sans aucune autre déclaration, séparé de l’Église. Une tête séparée d’un corps ne peut pas, aussi longtemps qu’elle en demeure séparée, être la tête de ce même corps duquel elle a été coupée. Un pape qui se séparerait de l’Église par l’hérésie, de cette manière, cesserait immédiatement et par ce seul fait, d’être la tête de l’Église. Il ne pourrait aucunement être hérétique et être pape dans le même temps, car, étant hors de l’Église, il ne peut en posséder les clefs. – Saint Antonin de Florence, Summa theologica, cité in Actes du 1er Concile de Vatican

Or, si le pape devient un hérétique manifeste, il est déchu ipso facto de son office et il n’est plus membre de l’Eglise. – Saint François de Sales, La Controverse Catholique, TAN, pp. 305-306

Si jamais le pape, comme personne privée, tombait dans l’hérésie, il serait à l’instant déchu du pontificat ;  car, comme il serait alors hors de l’Eglise, l’Eglise devrait non pas le déposer, puisque personne n’a d’autorité sur le pape, mais le déclarer (déjà) déchu du pontificat. Saint Alphonse de Liguori, Œuvres Complètes, Tome 9, p. 232

Il est hors de doute que si un pape était hérétique déclaré, comme le serait celui qui définirait publiquement une doctrine opposée à la loi divine,  il pourrait, non pas être déposé par un concile, mais être déclaré déchu du pontificat en sa qualité d’hérétique.Saint Alphonse de Liguori, Œuvres Complètes, tome 9, p. 262


Rappel n°10 : Aucune déclaration juridique n’est nécessaire pour constater l’hérésie publique et formelle et la vacance de l’office papal par défection de l’occupant illégitime.

Celui qui croit en Lui n’est pas jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il ne croit pas au Nom du Fils unique de Dieu. – Jean 3 ; 18

Bien qu’ayant la connaissance de la tradition ecclésiastique concernant les hérétiques, à savoir qu’ils sont anathèmisés mêmes après leur mort, nous avons jugé nécessaire de traiter également de cette matière. Il peut être vu dans les Actes que plusieurs hérétiques furent anathèmisés après leur mort. De bien des façons, il nous apparait clairement que ce qui avancent cet argument [qu’il serait impropre d’anathèmiser quelqu’un après sa mort, ndt] n’ont aucun souci des jugements de Dieu, ni des sentences des apôtres, ni des traditions des pères. Nous voudrions volontiers les questionner pour savoir ce qu’ils ont à dire à propos du Seigneur, Qui a dit de Lui-même : Celui qui croit en Lui n’est pas condamné, mais celui qui ne croit pas en Lui est déjà condamné, parce qu’il n’a pas cru dans le Nom du Fils Unique de Dieu. Et que diraient ils de cette parole de l’Apôtre : Mais quand nous-mêmes, quand un ange venu du ciel vous annoncerait un autre Evangile que celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit anathème. Nous l’avons dit précédemment, et je le répète à cette heure, si quelqu’un vous annonce un autre Evangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème. Puisque le Seigneur déclare qu’une telle personne est déjà jugée, et puisque l’Apôtre menace même les anges qui instruiraient quoi que ce soit de différent de ce que nous avons prêché, comment serait-il possible, même pour les plus présomptueux, d’affirmer que de telles condamnations ne s’appliquent qu’à ceux qui sont encore en vie ? Ignorent ils, ou plutôt, feignent ils d’ignorer qu’être anathème signifie tout simplement être séparé de Dieu ? L’hérétique, même s’il n’a pas été formellement condamné par quelque individu, en vérité, jette l’anathème sur sa propre personne, parce qu’il s’est retranché lui-même de la voie de la Vérité, à cause de son hérésie. Quelle réponse de telles personnes peuvent-elles donner à l’Apôtre lorsqu’il écrit : Pour celui qui fomente des divisions, après un premier et un second avertissement, éloigne-le de toi, sachant qu’un tel homme est entièrement perverti, et qu’il est un pécheur condamné de son propre jugement. – Pape Vigile, 2e Concile de Constantinople, Condamnation des Trois Chapitres

Le pontife romain n’a pas de supérieur, sauf Dieu. Qui, ainsi, si le pape « perdait de sa saveur », pourrait le chasser ou le mettre à sa botte, puisqu’il est dit du pape « rassemble ton troupeau dans ta bergerie » ? En vérité, le pape ne peut pas s’enorgueillir de son pouvoir, et ne doit pas non plus se glorifier impunément dans ses honneurs et ses privilèges, car, s’il n’est pas jugé par les hommes, il est jugé par Dieu. Le pontife romain doit donc encore moins se glorifier dans la mesure où il se peut qu’il soit jugé par l’homme, ou plus exactement, il peut se trouver être déjà jugé, si, par exemple, il sombrait dans l’hérésie ; car, celui qui ne croit pas est déjà jugé (Jean 3 ; 18). Dans un tel cas, il devrait alors être dit de lui : « Mais si le sel s’affadit, n’est plus bon qu’à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. » (Matthieu 5 ; 13)Pape Innocent III, Si Papa

En vertu de la renonciation tacite admise ipso jure, sont vacants « ipso facto » et sans aucune déclaration, quelque office que ce soit si le clerc :

1) Fait profession religieuse, sauf si doit être tenu compte des prescriptions du Can. 584 , en ce qui concerne les bénéfices;
2) Est négligent à prendre possession de l’office qui lui a été conféré dans le temps utile établi par le droit, ou si le droit ne dit rien, dans le délai fixé par l’Ordinaire;
3) Accepte un autre office ecclésiastique incompatible avec le premier et obtient la possession pacifique de celui-ci;
4) Apostasie publiquement la foi catholique
5) Conclue un mariage, même s’il est seulement civil
6) Conclue un engagement dans l’armée contrairement au Can. 141 p.1 .
7) Abandonne sans juste cause, de sa propre autorité, l’habit ecclésiastique, et, averti par son Ordinaire, refuse de le reprendre dans un délai de un mois à partir de la monition reçue.
8) Abandonne illégitimement la résidence à laquelle il est tenu, et sans aucun empêchement légitime, n’obéit ni ne répond, dans le délai fixé par l’ordinaire, à la monition reçue de celui-ci.

Code de Droit Canon 1917, Première partie : Des Clercs, Section 1 : Des clercs en général, Titre 4 : Des offices ecclésiastiques, Chapitre 2 : De la perte des offices, n°188. 

Il est nécessaire, d’après les lois naturelles et divines, que, soit pour l’excommunica­tion, soit pour la suspense, il y ait un examen personnel préalable ; par conséquent, les sentences dites ipso facto n’ont pas d’autre force qu’une sérieuse menace sans aucun effet actuel (De la pénitence, § 21, 23)­ : Proposition fausse, téméraire, pernicieuse, injurieuse pour l’autorité de l’Église, erronée.Pape Pie VI, Auctorem Fidei, 47e proposition condamnée.

Par l’hérésie notoire et publique, le pontife romain tombant dans l’hérésie, par le fait même (ipso facto), est destitué de tout pouvoir de juridiction avant même qu’une déclaration juridique soit fournie par l’Eglise. Un pape qui tomberait dans l’hérésie publique cesserait ipso facto d’être membre de l’Eglise. Ainsi, il cesserait également d’être la tête de l’Eglise. – Wernz-Vidal, Jus Canonicum, 1938

La plupart des canonistes enseignent qu’hormis la mort ou l’abdication, l’office pontifical peut également être perdu par la démence certaine, ce qui équivaut légalement à l’état de mort, de même que par l’hérésie manifeste et notoire. Dans ce dernier cas, un pape serait automatiquement déchu de son office, et ceci, en effet, sans publication d’aucune sentence, car le siège apostolique n’est jugé par personne. La raison en est qu’en tombant dans l’hérésie, le pape cesse d’être membre de l’Eglise. Celui qui n’est pas le membre d’une société, de toute évidence, ne peut en être la tête. – Révérend Père Udalricus Beste, Introductio in Codicem, 1946

Selon l’enseignement le plus général, le pontife romain, en tant que docteur privé, peut tomber dans l’hérésie manifeste. Alors, sans aucune sentence déclaratoire (car le siège suprême n’est jugé par personne), il est automatiquement destitué du pouvoir dont celui qui n’est plus membre de l’Eglise, est incapable de posséder. – Père Arthur Vermeersch, Epitome Juris Canonici, 1949


>> Suite >>

6 réflexions sur “Preuves de la vacance du siège apostolique depuis Vatican 2

  1. bonjour , une simple question: un évêque de l’IMBC nous a clairement dit que les évêques non una cum non pas de juridiction, est ce vrai?je trouve ça ridicule et à contre sens de l’autorité dans l’Eglise qui doit être présente par les évêques quand il n’y a pas de Pape. y a t il des exemples dansl’histoire qui prouve la juridiction dans l’Eglise? merci de votre réponse et travail!
    2ème question , étant catholique, a ton le droit de rentrer dans une église conciliaire pour vénérer des reliques?les reliques sont elles légitimement les propriétés des conciliaires? a ton le droit de les reprendre? merci de vos réponses…
    frère Jean Baptiste.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s