[In Memoriam] Vie et mort de Mgr. Ferdinand Hamer, vicaire apostolique en Mongolie

Ferdinandus Hubertus Hamer est né le 21 août 1840 dans le village néerlandais de Nijmegen. Il est formé au séminaire épiscopal de Culemborg, puis au séminaire de Rijsenburg. Jeune prêtre ordonné le 10 août 1864, il a 35 ans lorsque l’année suivante, est l’un des premiers frères missionnaires de la Congrégation du Cœur Immaculé de Marie à se rendre dans la Mongolie intérieure, dans la Chine profonde. Il est nommé évêque titulaire et vicaire apostolique pour le vicariat de Gansu en 1878, consacré le 27 octobre de cette année-là par Mgr. Bax. Bien qu’il ne parlait pas couramment le chinois à son arrivée, son intégration et son zèle missionnaire le font rapidement apprécier de la population chinoise.

Le 15 février 1889, le pape Léon XIII le nomme vicaire apostolique pour le sud-ouest de la Mongolie. Le jeune évêque choisit pour devise, un extrait du Stabat Mater : Per dans Virgo sim defensus. A cause d’une santé faible, il fait un bref retour en Europe, aux Pays-Bas puis à Rome à la fin de l’année 1889, avant de revenir en Mongolie chinoise un an plus tard. Parcourant sans relache sa juridiction, Mgr. Hamer y développe déjà plus de 30 missions, 52 écoles, tandis que le nombre de chrétiens a doublé en une dizaine d’années.

En 1899 éclate la fameuse révolte des « Boxers », mouvement d’émancipation populaire chinois contre l’implantation invasive des puissances politiques occidentales et japonaises, et le déclin des systèmes politiques impériaux.

03 - Ferdinand Hamer (1840-1900), een held in de Chinese ...

Hélas, cette révolte frappera terriblement les chrétiens de Chine, qui sont près de 30000, chinois ou non, a être assassinés, dont Mgr. Laurent Guillon, vicaire apostolique de Mandchourie-Méridionale. Averti par un chef chinois local avec qui il entretenait de bonnes relations, que sa vie était désormais en grave danger, Mgr. Hamer s’obstina courageusement à demeurer à son poste, refusant d’abandonner son apostolat si fructueux.

Die auswärtigen Missionen: Januar 2016

Ainsi, le 19 juillet 1900, Mgr. Hamer, avec trois autres prêtres, est emprisonné par les révoltés chinois et soumis pendant quatre jours aux bastonnades et aux tortures les plus épouvantables : il a le nez, les oreilles et les doigts coupés. Il fut soumis le 23 juillet à une mise à mort terrible : aspergé d’huile et pendu dans un drap de coton, il mourut brûlé par ses bourreaux.

Glas-in-loodraam in het Bisschop Hamerhuis
Vitrail dans la Hamerhuis de Nijmegen, évoquant les missions chinoises des frères scheutistes morts en martys.

En souvenir de l’évêque, Nijmegen, sa ville natale, lui érigea une statue et nomma une rue principale « Hamerstraat » en son honneur. Dans les années 1920, la Congrégation des frères scheutistes fait bâtir la « Bisschop Hamerhuis » en mémoire de son illustre membre, bâtiment reconnaissable à sa tourelle en forme de pagode chinoise.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s