Concile de Vatican : Décrets sur la Révélation divine

La même sainte Mère Église tient et enseigne que Dieu, principe et fin de toutes choses, peut être certainement connu par les lumières naturelles de la raison humaine, au moyen des choses créées (Rom. 1, 20) ; « car les choses invisibles de Dieu sont aperçues au moyen de la création du monde et comprises à l’aide des choses créées. »Cependant il a plu à la sagesse et à la bonté de Dieu de se révéler lui-même à nous et de nous révéler les décrets éternels de sa volonté par une autre voie surnaturelle, selon ce que dit l’Apôtre : « Dieu, qui a parlé à nos pères par les Prophètes plusieurs fois et de plusieurs manières, nous a parlé en ces derniers temps et de nos jours par son Fils. (Hébr. I, 1,2). »

C’est bien à cette révélation divine que l’on doit que tous les hommes puissent promptement connaître, même dans l’état présent du genre humain, d’une certitude incontestable et sans aucun mélange d’erreur, celles des choses divines qui ne sont pas de soi inaccessibles à la raison humaine. Cependant, ce n’est pas à cause de cela, que l’on doit dire la révélation absolument nécessaire, mais c’est parce que Dieu, dans sa bonté infinie, a élevé l’homme à une fin surnaturelle, c’est-à-dire pour le mettre en état de participer aux biens divins qui surpassent tout à fait l’intelligence de l’homme, « car l’œil de l’homme n’a point vu, son oreille n’a point entendu, son cœur n’a pu s’élever à comprendre ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment (I. Cor., II, 9). »

Or, cette révélation surnaturelle, selon la foi de l’Église universelle qui a été déclarée par le saint Concile de Trente, est contenue dans les livres écrits et dans les traditions non écrites qui, reçues de la bouche de Jésus-Christ même par les Apôtres, ou transmises comme par les mains des Apôtres, sous l’inspiration du Saint-Esprit, sont venues jusqu’à nous (Conc. de Trent. Sess. IV, Décr. de Can. Script.) Et ces livres de l’Ancien et du Nouveau Testament doivent être reconnus pour saints et canoniques en entier, dans toutes leurs parties, tels qu’ils sont énumérés dans le décret du Concile de Trente et comme on les lit dans l’antique édition latine de la Vulgate. Ces livres, l’Église les tient pour saints et canoniques, non point parce que, composés par la seule habileté humaine, ils ont été ensuite approuvés par l’autorité de l’Église ; et non pas seulement parce qu’ils contiennent la révélation sans erreur, mais parce que, écrits sous l’inspiration de l’Esprit saint, ils ont Dieu pour auteur et qu’ils ont été livrés comme tels à l’Église elle-même.

Mais parce que quelques hommes comprennent mal ce que le saint Concile de Trente a décrété salutairement touchant l’interprétation de la divine Écriture, afin de maîtriser les esprits téméraires, Nous, renouvelant le même décret, Nous déclarons que l’esprit de ce décret est que, dans les choses de la foi et des mœurs qui concernent l’édifice de la doctrine chrétienne, il faut tenir pour le vrai sens de la sainte Écriture celui qu’a toujours tenu et que tient Notre sainte Mère l’Église, à qui il appartient de juger du vrai sens et de l’interprétation des saintes Écritures ; en sorte qu’il n’est permis à personne d’interpréter l’Écriture contrairement à ce sens, ou même contrairement au sentiment unanime des Pères.

I. Si quelqu’un dit que le Dieu unique et véritable, notre Créateur et Maître, ne peut pas être connu avec certitude par la lumière naturelle de la raison humaine, au moyen des choses qui ont été créées ; qu’il soit anathème.

II. Si quelqu’un dit qu’il ne peut pas se faire, ou qu’il ne convient pas que l’homme soit instruit par la révélation divine sur Dieu et sur le culte qui doit lui être rendu ; qu’il soit anathème.

III. Si quelqu’un dit que l’homme ne peut pas être divinement élevé à une connaissance et à une perfection qui dépasse sa nature, mais qu’il peut et doit arriver de lui-même à la possession de toute vérité et de tout bien par un progrès continu ; qu’il soit anathème.

IV. Si quelqu’un ne reçoit pas dans leur intégrité, avec toutes leurs parties, comme sacrées et canoniques, les Livres de l’Écriture, comme le saint concile de Trente les a énumérés, ou nie qu’ils soient divinement inspirés ; qu’il soit anathème.

Pape Pie IX, Concile du Vatican, Constitution Dogmatique Dei Filius, 3ème session, ch. 2, sur La Révélation et Canon II ; I-IV, De la Révélation , 1870, ex cathedra.

 

Image associée

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s